CHARGEMENT

Type de recherche

Ginseng

Avatar
Share

Découvrir le Ginseng et ses bienfaits

Faisant partie des compléments alimentaires les plus vieux du monde, le Ginseng dispose de nombreuses vertus. Qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser le Ginseng et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la plante

ginseng-3

Le ginseng coréen, connu aussi sous le nom de « Meyer Panax ginseng », est une plante comprenant près de 10 espèces, aujourd’hui cultivées partout à travers le monde. Cette plante dite « vivace » fait partie de la famille des « Araliaceae ».

Le ginseng est composé de nombreux éléments connus pour leurs propriétés thérapeutiques, de différents polysaccharides (oligosaccharides, glycanes, peptidoglycanes et amidon) , d’huile essentielle à monoterpènes, d’acides gras1, de différentes vitamines (B1, B2, B12 et C1), ainsi que d’acides aminés essentiels1.

Le ginseng de Corée contient du nicotinamide et de l’acide pantothénique. Il est aussi composé d’hétérosides de triterpènes tétracycliques, de dammarane, connus pour leurs propriétés similaires aux saponosides1. La racine de ginseng contient 1,5 à 8 % de panaxosides : Du protopanaxadiol (Rb1, Rb2, Rc, Rd et Rg3) et du protopanaxatriol (Re, Rg1 et Rg2), considérés comme des saponosides1 ; soit des ginsenosides (Rb1, Rb2, Rc, Rd, Rg1, Rh et Ro)1. Enfin, les stérols et les oestrogènes (œstriol et œstrone) font également partie des composants du ginseng1.

Il est à noter que les compositions globales des différentes espèces de ginseng sont assez différentes. Toutefois, elles contiennent toutes les ginsénocides que l’on retrouve chez le « Panax Ginseng C.A Meyer » qui est considéré comme le véritable ginseng.

De manière globale, toute les espèces de ginseng contiennent des acides organiques, des acides aminés, des minéraux, des glucides, des sucres lents, des peptides, des substances azotées, des vitamines du groupe B et C, ainsi que des enzymes qui influent sur les glandes sexuelles et surrénales. Sans oublier bien sûr les ginsénosides et les thriterpénoïdes qui sont les principaux composants les plus actifs du ginseng sur l’organisme.

Origine et historique

La découverte du vrai ginseng : « Le Panax Ginseng C.A Meyer », remonte à plus de 5 000 ans, en Chine, dans les montagnes de la Mandchourie. Le mot « ginseng » signifie en chinois : « homme racine ». Cela est dû à la forme particulière des racines de cette plante qui rappellent parfois l’apparence du corps humain. C’est aussi pour cette raison que le ginseng est considéré comme le symbole de « l’harmonie divine » dans de nombreux pays d’Asie. Utilisé autrefois comme aliment, le ginseng fut rapidement consommé principalement pour ses vertus thérapeutiques et médicinales. Le ginseng est notamment considéré par les anciens comme ayant un pouvoir rajeunissant et revitalisant. Les vertus du ginseng s’exportairent ensuite vers d’autres pays d’Asie au troisième siècle après J.C dans le cadre d’échanges commerciaux, notamment avec la Corée. En effet, les produits proposés par la Chine dans ses échanges commerciaux à l’époque étaient pour la majeure partie composée de soie et de remèdes et donc aussi, de ginseng. C’est également à cette époque que la culture du ginseng débuta vraiment, du fait que le ginseng sauvage ne suffisait plus à satisfaire la demande.

Ce n’est qu’au 18ème siècle que le ginseng fit son apparition en occident. Plus précisément en 1716, par le biais d’un prêtre jésuite. Celui-ci ayant eut connaissance de la plante à la racine particulièrement appréciée des Chinois entreprit des recherches dans les forêts canadiennes pour réaliser des extraits de ginseng. L’environnement du Canada français ressemblant particulièrement à celui de la Mandchourie, région où la première espèce de ginseng fut découverte. Après 3 mois de recherche, le ginseng américain, espèce nouvelle de ginseng, fut ainsi découvert près de Montréal.

Par la suite, il a aussi été découvert que le ginseng poussait également dans la nature de la Nouvelle-Angleterre, dans les états de New-York, du Vermont et du Massachusetts. L’exploitation du ginseng américain fut ainsi la source des plus grosses fortunes des États-Unis à cette époque.

Vers la fin du 19ème siècle, le ginseng américain fut en voie de disparaître, non seulement en raison de sa surexploitation, mais aussi à cause de la destruction forestière. Entre 1880 et 1960, la demande de ginseng américain connue ainsi une période difficile. Toutefois, à partir des années 60 la demande de ginseng américain connue un renouveau, tandis que la mondialisation permit de faire connaitre le ginseng coréen à travers le monde entier et de conserver sa place de numéro parmi les espèces de ginseng les plus consommées.

Recherches et bienfaits

Propriétés anti inflammatoires

Le ginseng a des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Certaines études ont montré que les extraits de ginseng et les composés de ginsénoside permettent d’inhiber l’inflammation et d’augmenter les capacités antioxydantes des cellules. C’est le cas par exemple du ginseng rouge de Corée, qui permet d’améliorer l’activité antioxydante des cellules cutanées des personnes atteintes d’eczéma.

Réduction des inflammations

Une étude menée sur un groupe de jeunes athlètes a permis de démonter que 3 prises de 2 grammes de ginseng par jour pendant 7 jours permettait de réduire les niveaux d’inflammations à l’issue d’une séance d’entraînement chez ces derniers, comparé aux sujets du groupe qui n’ont pas pris de traitement à base de ginseng(3).
Réduction des symptômes liés à la ménopause

Une étude réalisée sur 71 femmes ménopausées a permis aux chercheurs de conclure que le ginseng rouge aidait à réduire le stress oxydatif par l’augmentation de l’activité des enzymes antioxydantes(4). En effet, l’activité oxydante ainsi que le niveau de stress des sujets a été mesurée avant et après une prise journalière de 3 grammes de ginseng rouge pendant une période de 12 semaines.

Amélioration de l’érection et la virilité

Le ginseng est connu comme étant un adaptogène qui permet d’améliorer les performances physiques et sexuelles chez les hommes tout en favorisant la virilité(5). En d’autres termes, le ginseng est considéré comme un excellent aphrodisiaque. Une étude menée sur 349 participants a en effet montré que le ginseng rouge de Corée constituait un traitement efficace contre le dysfonctionnement érectile.

Une autre étude menée sur 60 patients atteints de dysfonctionnement érectile léger(5) a aussi permit de constater que la prise de 1000 milligrammes de ginseng rouge permettait d’augmenter la testostérone, la FSH, la DHT, l’hormone lutéinisante ainsi que le nombre et la mobilité des spermatozoïdes chez les sujets.

Réduction des symptômes d’Alzheimer

Une étude menée sur des patients souffrant d’Alzheimer a démontré qu’un traitement à base de ginseng rouge de Corée permettait d’améliorer les fonctions cognitives de ces derniers. Le traitement à base de ginseng dans le cadre de cette étude consistait à la prise de 4,5 à 9 grammes de ginseng rouge de Corée par jour pendant 2 ans. Une autre étude clinique sur 61 patients soumis à un traitement à base de ginseng (9 grammes par jour pendant 24 semaines) a aussi permis de constater que le ginseng permettait de réduire certains symptômes de la maladie d’Alzheimer(6).

Amélioration des maladies pulmonaires chroniques

La prise de ginseng par voie orale possède aussi des effets positifs sur les maladies pulmonaires obstructives chroniques(7). Notamment en améliorant les fonctions respiratoires tout en réduisant les symptômes de ce type de maladie. La prise de ginseng avec des antibiotiques permet également d’inhiber plus efficacement les bactéries dans les poumons du malade, responsables des problèmes d’infection des voies respiratoires au niveau des poumons, comme la bronchite par exemple. Il a également été prouvé que la prise par voie orale d’un extrait spécifique de ginseng diminuait également les risques de contracter un rhume.

Amélioration de la mémoire

Le ginseng possède également des bienfaits sur la mémoire. En effet, il a été prouvé que la consommation d’extraits de ginseng permettait d’améliorer la mémoire des personnes âgées souffrant de déficience mentale(8), comme chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer vus précédemment. La prise d’extrait de ginseng permet aussi d’améliorer le temps de réaction, la mémoire et les capacités de calcul mental chez les personnes d’âge moyen. Le ginseng permet également d’améliorer les performances cognitives des personnes saines lorsqu’il est combiné à des extraits de feuilles de ginko(9).

Diminution des effets négatifs liés au traitement du cancer

Une autre vertu particulièrement intéressante du ginseng est son effet positif sur les effets négatifs liés au traitement du cancer. En effet, des recherches menées en Chine ont permis de constater qu’un traitement à base de ginseng, sous n’importe quelle forme, améliorait grandement la qualité de vie des personnes atteintes de cancer du sein, tout en diminuant le risque de décès. Notamment en ralentissant la croissance du cancer. Il est à noter que le traitement au ginseng de cette étude était combiné à un traitement au tamoxifène (un médicament anticancéreux délivré sur ordonnance). Toutefois, les résultats de ces recherches ont prouvés que le ginseng avait une influence positive sur les tissus cancéreux(10). Selon ces mêmes recherches, il fut également constaté que la prise de ginseng permettait de réduire de façon modérée la fatigue chez certains patients traités par chimiothérapie.

Réduction des cellules cancéreuses

Les recherches suggèrent que la prise de ginseng par voie orale pourrait réduire l’occurrence de certains types de cancer, notamment le cancer de l’estomac, du poumon, du foie, des ovaires et de la peau. Cependant, d’autres recherches montrent que la prise de ginseng ne réduit pas le risque de cancer, mais elle permet tout simplement de ralentir la croissance de ce dernier et d’améliorer la qualité de vie des patients atteints de cette maladie. Les premières recherches montrent que le ginseng peut réduire modérément la fatigue chez certaines personnes souffrant de fatigue liée au cancer, surtout celle liée la chimiothérapie.
Amélioration de la fonction cardiaque et réduction des risques de diabète.

Autres études réalisées

Le ginseng semble également améliorer la fonction cardiaque tout en agissant sur le diabète(12). Certaines recherches montrent que la prise quotidienne de ginseng peut améliorer le taux de sucre dans le sang. Cependant, d’autres recherches suggèrent que la prise par voie orale de ginseng n’améliore pas la glycémie chez les personnes déjà atteintes de diabète. On peut en déduire qu’il est fait pour éviter les risques de diabète et non de la soigner.
D’autres effets bénéfiques attribués à la prise de ginseng

Une étude in-vitro a démontré que le ginseng possède un potentiel dans le traitement du VIH. En effet, d’après cette étude, les ginsenosides contenu dans le ginseng peuvent aider le corps dans l’élimination des macrophages contenant le HIV-1(13).

Des recherches ont également permis de constater que la prise de ginseng pendant une période de 14 jours contribuait à la réduction des pertes auditives temporaires dues à une exposition à un bruit fort. Toutefois, il est à noter que dans ce cadre le ginseng peut être moins efficace que la prise de certains médicaments.

Une prise quotidienne de ginseng permet aussi de réduire la mauvaise haleine. Notamment, chez les personnes souffrantes d’un ulcère d’estomac. Le ginseng agit également sur la gueule de bois. En effet, la consommation d’une boisson contenant des extraits de ginseng avec un morceau de fromage dans les 5 minutes après la consommation d’alcool peut réduire le taux d’alcoolémie et atténuer les effets de la gueule de bois.

Consommation, indications et posologie

La racine du ginseng est la partie de cette plante qui contient ses principaux éléments actifs. Celle-ci peut être consommée de différentes manières. La racine de ginseng peut être mangée crue ou légèrement cuite à la vapeur pour la ramollir.

La racine de ginseng est également infusée dans de l’eau pour faire du thé. Pour faire du thé de ginseng, il suffit de faire bouillir dans de l’eau pendant quelques minutes des racines de ginseng fraîchement tranchées. Le ginseng peut également être consommé en l’intégrant à différentes recettes culinaires. En effet, en plus d’être une plante thérapeutique, le ginseng peut également être utilisé comme arôme. La racine de ginseng peut aussi bien être consommée en l’intégrant à une soupe ou à des légumes sautés par exemple. Il est également possible de trouver des extraits de ginseng sous forme de comprimés, de gélules, de poudre ou d’huile essentielle.

La quantité de ginseng à consommer dépend de l’état de l’individu et de l’objectif de la prise. Toutefois, de manière générale, la prise quotidienne de 1 à 2 grammes de racine de ginseng brut est conseillée. Dans le cas d’extrait de ginseng, il est conseillé de consommer d’en 200 à 400 milligrammes par jour. Toutefois, il convient de consommer de faibles doses pour commencer et de les augmenter progressivement avec le temps. Les espèces de ginseng aillant une teneur en ginsénosides en 5 à 10 % sont les plus conseillées.
Le moment idéal pour consommer du ginseng est avant les repas. Cela permet en effet d’améliorer l’absorption des actifs du ginseng par l’organisme. Permettant ainsi de tirer le maximum d’avantage de la consommation de ginseng.

Association avec d’autres plantes et interactions

La racine de ginseng brut ainsi que les extraits de ginseng sous forme de poudre et de capsules peuvent être intégrés facilement à l’alimentation. La consommation de ginseng est particulièrement recommandée dans le cas où vous désirez améliorer votre condition physique ou tout simplement améliorer votre état de santé en générale.
Pour rendre le ginseng plus efficace, il peut être combiné au maca, au ginkgo, à l’arginine ou à la yohimbine. En effet, ces derniers permettent d’optimiser l’effet des éléments actifs du ginseng sur l’organisme(14).

La consommation de produits ou d’aliments contenant de la caféine avec du ginseng est contre-indiquée. En effet, cela présente un risque du fait que la caféine, tout comme le ginseng accélère le système nerveux ainsi que le rythme cardiaque. La combinaison du ginseng à la caféine peut donc conduire à de graves problèmes comme l’hypertension artérielle. La consommation de ginseng avec de la caféine est donc à proscrire.
Il est également important de préciser que le ginseng interagit avec l’insuline. Tout comme cette dernière, le ginseng contribue à diminuer le taux de glucose dans le sang (glycémie). Une prise combinée de ginseng et d’insuline peut donc conduire à une glycémie trop basse. Dans le cas d’une prise combinée d’insuline et de ginseng, il convient donc de surveiller attentivement le taux de glycémie. Cela afin de changer les doses d’insuline prise dans le cadre du traitement d’un diabète. Il est toutefois conseiller de demander conseil à votre médecin traitant avant toute prise de décision.

Le ginseng influe également sur la vitesse à laquelle le foie décompose certains médicaments. La consommation de ginseng avec la prise de certains médicaments présente donc un risque potentiel d’augmenter les effets secondaires de ces derniers. Il convient donc de consulter votre médecin avant de consommer du ginseng dans ce genre de cas.

Le ginseng est également connu pour être un excellent stimulant. Ses effets sont notamment considérés comme étant similaires à certains médicaments utilisés pour traiter des cas de dépression. La consommation de ginseng combinée à une prise d’antidépresseur peut donc conduire à une stimulation excessive du corps(15). Entrainant ainsi des effets secondaires tels que des maux de tête, de l’anxiété, de l’insomnie et une hyper agitation.
Comme vue précédemment, la consommation de ginseng contribue au renforcement du système immunitaire. Consommer du ginseng peut donc réduire l’efficacité de certains médicaments et ainsi leurs effets sur le corps.

C’est notamment le cas pour l’Azathioprine (Imuran), le Basiliximab (Simulect), les corticostéroïdes (glucosocorticoïdes), la Cyclosporine (Neoral, Sandimmune), le Daclizumab (Zenapax), le Muromonab-CD3 (OKT3, l’Orthoclone OKT3), Mycophénolate (CellCept), le Prednisone (Deltasone, Orasone), le Tacrolimus (FK506, Prograf) et le Sirolimus (Rapamune).

Contre indications

Les recherches ont démontré que la consommation de ginseng est sans danger et ne provoque aucun effet secondaire grave. Toutefois, comme cité plus haut, la prise de ginseng possède le même effet que l’insuline. C’est-à-dire diminuer le taux de glucose dans le sang. La consommation de ginseng chez les personnes prenant des médicaments contre le diabète implique donc un suivi méticuleux de leur taux de glycémie. La consommation de ginseng chez les personnes souffrant du diabète, même sous forme de complément alimentaire, requiert donc l’avis du médecin. En effet, en plus de diminuer le taux de glycémie, le ginseng réduit également de manière considérable l’efficacité des anticoagulants(15).

La consommation de ginseng n’est également pas recommandée chez les femmes enceintes et qui allaitent, ainsi que chez les enfants. En effet, les effets du ginseng chez ses derniers ne sont pas encore connus et présentent donc un risque en raison du manque d’étude à ce sujet.

Enfin, il est à constaté que la consommation prolongée de ginseng peut réduire son efficacité sur le corps. Pour optimiser les bienfaits du ginseng, il est conseillé de le consommer de manière cyclique. Cela en alternant deux à trois semaines de consommation avec une à deux semaines de pause.

Conseils : où et comment acheter la plante

Les espèces de ginseng asiatiques (chinoises et coréennes) sont connues pour être les plus efficaces. Pour vous en procurer, il n’est pas indispensable de vous rendre en Asie. L’achat de ginseng chinois ou coréen peut se faire en ligne via des boutiques spécialisées. Il faudra toutefois vous tourner vers des enseignes disposant d’une bonne réputation. En effet, certaines boutiques vendent des produits contrefaits. Il est également à noter que le ginseng met 4 à 6 ans pour atteindre sa maturité et donc contenir la totalité de ses éléments actifs, notamment ses ginsénosides. Même si le ginseng est de bonne qualité, s’il est cueilli prématurément (avant ses 4 à 6 années), il risque d’être moins efficace par rapport à un ginseng cueilli à maturité.

Avant de procéder à l’achat de ginseng sur un site internet, en parapharmacie ou dans une épicerie asiatique, il convient donc non seulement de s’assurer de la réputation de ces derniers, mais aussi de vérifier le lieu de culture du ginseng ainsi que le lieu de production des différents produits à base de ginseng vendus sur le site.

Le ginseng sauvage est aujourd’hui particulièrement rare, même en Asie. Ce qui fait que cette plante est particulièrement prisée. Le ginseng est aujourd’hui cultivé en plantation dans des conditions contrôlées afin de reproduire les conditions de culture à l’état sauvage. À cause de sa valeur, les vols de ginseng au sein des plantations sont assez courants, même avant sa maturité. Sachez toutefois qu’il est possible de trouver du ginseng asiatique cultivé à partir de graines de ginseng sauvage.

Notes & références

1. http://docnum.univ-lorraine.fr/public/SCDPHA_T_2009_KRIEPS_MARTHE.pdf

2. Effects of acute supplementation of Panax ginseng on endurance running in a hot & humid environment. Ping FW, Keong CC, Bandyopadhyay A. Indian J Med Res. 2011 Jan;133(1):96-102.

3. Effects of Korean red ginseng on sexual arousal in menopausal women: placebo-controlled, double-blind crossover clinical study. Oh KJ, Chae MJ, et al. J Sex Med. 2010 Apr;7(4 Pt 1):1469-77.

4. Red ginseng for treating erectile dysfunction: a systematic review. Jang DJ, Lee MS, et al. Br J Clin Pharmacol. 2008 Oct;66(4):444-50. Review. Texte intégral : www.ncbi.nlm.nih.gov

5. Ginseng for cognitive function in Alzheimer’s disease: a systematic review. Lee MS, Yang EJ, et al. J Alzheimers Dis. 2009;18(2):339-44. Review.

6. Current evaluation of the millennium phytomedicine- ginseng (II): Collected chemical entities, modern pharmacology, and clinical applications emanated from traditional Chinese medicine. Jia L, Zhao Y, Liang XJ. Curr Med Chem. 2009;16(22):2924-42. Texte intégral : www.ncbi.nlm.nih.gov

7. Kennedy DO, Scholey AB. Ginseng: potential for the enhancement of cognitive performance and mood.Pharmacol Biochem Behav. 2003 Jun;75(3):687-700.

8. Panax ginseng (G115) improves aspects of working memory performance and subjective ratings of calmness in healthy young adults. Reay JL, Scholey AB, Kennedy DO. Hum Psychopharmacol. 2010 Aug;25(6):462-71.

9. Association of Ginseng Use with Survival and Quality of Life among Breast Cancer Patients. Cui Y, Shu XO, et al. Am J Epidemiol, 2006 Apr 1;163(7):645-53. Texte intégral : aje.oxfordjournals.org

10. Ginseng intake and gastric cancer risk in the Shanghai Women’s Health Study cohort. Kamangar F, Gao YT, Shu XO. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2007 Mar;16(3):629-30. Texte intégral : cebp.aacrjournals.org

11. Systematic review of the effects of ginseng on cardiovascular risk factors. Buettner C, Yeh GY, et al. Ann Pharmacother. 2006 Jan;40(1):83-95. Review.

12. Jeong JJ, Kim B, Kim DH. Ginsenoside Rh1 eliminates the cytoprotective phenotype of human immunodeficiency virus type 1-transduced human macrophages by inhibiting the phosphorylation of pyruvate dehydrogenase lipoamide kinase isozyme 1. Biol Pharm Bull. 2013;36(7):1088-94.

13. Jiang X, Williams KM, et al. Effect of St John’s wort and ginseng on the pharmacokinetics and pharmacodynamics of warfarin in healthy subjects. Br J Clin Pharmacol. 2004 May;57(5):592-9.

14. Herbal products and serious side effects: a case of ginseng-induced manic episode. Acta Psychiatr Scand. 2002;105:76-77. Vazquez I, Aguera-Ortiz LF.

15. Yuan CS, Wei G, et al. Brief communication: American ginseng reduces warfarin’s effect in healthy patients: a randomized, controlled Trial

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *