CHARGEMENT

Type de recherche

Menthe poivrée

Avatar
Share

Découvrir la menthe poivrée et ses bienfaits

Issue d’une hybridation naturelle entre deux variétés de menthe, la menthe poivrée se distingue par son goût, mais pas seulement. Elle brille aussi par ses nombreux bienfaits sur la santé et ses multiples usages thérapeutiques. Utile en de nombreux domaines, cette plante a su conquérir la sphère médicale au cours des précédentes décennies. Qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser la menthe poivrée, et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la plante

bienfaits de la menthe poivréeLa menthe poivrée (Mentha piperita) est une plante herbacée, provenant de la famille des Lamiacées. Cette variété de menthe est issue d’une hybridation dite « spontanée » entre deux autres variétés de menthe : la menthe verte et la menthe aquatique (Mentha spicata, ou Mentha aquatica). Les feuilles de cette plante ont une saveur poivrée, ce qui la rend difficile à utiliser en cuisine. On réserve donc cette plante à un usage essentiellement médical ou industriel. La menthe poivrée est utilisée dans la confection de dentifrices, de bonbons, de chewing-gums, de confiseries et de boissons alcoolisées. Le plus souvent, on extrait des feuilles de menthe poivrée de l’huile essentielle (1). C’est ce produit qui est le plus largement utilisé à des fins thérapeutiques dans le monde.

La menthe poivrée est donc une espèce herbacée hémicryptophyte, vivace à drageons. Elle peut atteindre 10 à 75 centimètres, voire même un mètre de hauteur. Ses rameaux et ses tiges sont de couleurs rougeâtres, à section carrée. Ses feuilles sont simples, pétiolées, décussées et opposées. Elles mesurent entre 4 et 10 centimètres de long et sont velues, de couleur vert foncé. Elles peuvent prendre des tons cuivrés à l’ombre ou rougeâtres au soleil. La menthe poivrée fleurit, mais elle ne produit pas de graines. Cette floraison se produit entre juillet et septembre. Les fleurs sont alors de couleur violet pâle, petites et régulières.

La feuille de menthe poivrée contient des métaboliques aromatiques secondaires. Il s’agit notamment des flavonoïdes (lutéoline, ériocitrine, lutéoline-7-O-rutinoside, hespéridine, menthoside, diosmine,  isorhoifoline, narirutine), des triterpènes, des acides-phénols (7 % environ) et des monoterpènes. La plante contient aussi des acides phénoliques (acide quinique, acide rosmarinique, acide chlorogénique et acide caféique), des phénols et des caroténoïdes. Sa composition est naturellement riche en antioxydants naturels et en principes actifs qui justifient ses nombreux bienfaits sur la santé.

Origine et historique

Les peuples de l’Antiquité connaissaient et utilisaient différentes variétés de menthe. On a par exemple retrouvé de la menthe poivrée dans différentes pyramides égyptiennes datant du premier millénaire av. J.-C. Le nom de la menthe poivrée provient de « Minthe », qui est une nymphe issue de la mythologie grecque. Les Romains mettaient de la menthe poivrée dans leurs sauces et leurs vins. Les femmes mâchaient aussi de la menthe poivrée et du miel pour camoufler l’odeur du vin qu’il leur arrivait de boire en cachette. Chez les Romains, le vin était uniquement réservé aux hommes et aux Dieux. Les Hébreux et les Grecs utilisaient la menthe poivrée pour se parfumer.

Au cours de l’année 1753 et dès le début de la nomenclature moderne, on considère la menthe poivrée comme une espèce à part entière du genre Mentha. Au départ, les naturalistes pensaient que cette espèce évoluait dans les milieux humides. Ils se sont finalement rendu compte qu’elle provenait d’une hybridation naturelle entre deux autres variétés de menthe. C’est à partir du XVIIIe siècle que la menthe poivrée est devenue populaire en Europe. Aujourd’hui, on utilise principalement son huile essentielle dans les préparations pharmaceutiques et dans l’industrie alimentaire. Elle sert à la fabrication de pastilles et de sirops contre la toux, le rhume, les onguents, les crèmes antiseptiques, les lotions, les anesthésiques locaux, etc.

La mentha piperita s’est naturalisée dans plusieurs pays européens (2), comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, la Belgique, les Pays-Bas, la Grèce, la Roumanie, l’Espagne, la France, le Portugal, l’Ukraine… On la retrouve aussi en Amérique du Nord : États-Unis et Canada. Enfin, la menthe poivrée s’est aussi naturalisée dans les Açores en Sibérie, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Recherches et bienfaits

bienfaits de la menthe poivrée

La menthe poivrée pour soulager le syndrome de l’intestin irritable

La menthe poivrée est une plante que l’on utilise pour soulager les personnes atteintes du syndrome de l’intestin irritable. En effet, elle possède des propriétés antispasmodiques intéressantes, qui aident à soulager les symptômes de cette maladie. Ces derniers peuvent être particulièrement douloureux et handicapants dans la vie de tous les jours. Pour y remédier, les scientifiques ont utilisé des capsules et des comprimés entérosolubles contenant de l’huile essentielle de menthe poivrée. Ces dernier résistent aux acides de l’estomac et permettent à l’huile essentielle de se libérer dans l’intestin (3).

Par la suite, de nouveaux essais ont eu lieu et ils ont donné des résultats probants à ce chapitre. Une méta-analyse datant de 2008 confirme l’efficacité de l’huile essentielle de menthe poivrée dans le traitement des symptômes du syndrome de l’intestin irritable. Cette solution serait d’ailleurs moins onéreuse que le recours aux médicaments antispasmodiques (4). Enfin, une dernière étude a souligné l’efficacité de la menthe poivrée sur les douleurs abdominales et les diarrhées, ce qui améliore la qualité de vie des patients atteints de cette maladie (5).

Soulager les symptômes de la dyspepsie

Plusieurs essais cliniques ont été menés sur des patients atteints de dyspepsie non ulcéreuse. Et ce, dans le but de tester l’utilité de la menthe poivrée seule et avec du carvi. Les résultats de ces études montrent que l’association entre menthe poivrée et carvi permettait de soulager les douleurs abdominales dans la majeure partie des cas. Les effets de cette préparation sont semblables à ceux d’un médicament que l’on utilise couramment dans le traitement des troubles digestifs : la cisapride (6-8).

L’association menthe-carvi est considérée comme efficace et sécuritaire dans ce cadre, alors que les médicaments semblent avoir une efficacité limitée dans le soulagement de ce trouble digestif en particulier (9). Cependant, une autre étude à démontrer que la menthe poivrée ne permet pas de réduire l’acidité gastrique ni les reflux gastro-œsophagiens (10).

Les effets antispasmodiques de la plante

Comme évoqué ci-dessus, la menthe poivrée possède des propriétés antispasmodiques. L’huile essentielle de menthe poivrée permet à ce titre de réduire les spasmes des intestins dans le cadre d’interventions invasives telles que l’endoscopie abdominale et le lavement baryté (11). Selon certains essais réalisés au Japon, la menthe poivrée serait même plus efficace qu’un antispasmodique classique injecté aux patients dans ce cadre (12). D’ailleurs, selon les retours des patients ayant bénéficié de ce traitement antispasmodique, une réduction de la douleur ressentie accompagne les effets antispasmodiques de la plante (13).

Soulager les maux de tête avec la menthe poivrée

Plusieurs essais cliniques ont été menés dans le but de déterminer l’efficacité de l’huile essentielle de menthe poivrée dans le soulagement des maux de tête en lien avec la tension nerveuse (14-15). Selon leurs résultats, la menthe poivrée appliquée en massage sur le front et les tempes serait aussi efficace qu’une dose d’acétaminophène (dose de 1 000 milligrammes). L’ESCOP, l’Organisation mondiale de la Santé et la Commission E. reconnaissent d’ailleurs cet usage de la menthe poivrée.

Infections des voies respiratoires et gastro-intestinales

Les résultats des essais menés sur la menthe poivrée tendent à confirmer l’efficacité de ses usages traditionnels. En effet, l’huile essentielle de menthe poivrée possède un effet antibactérien puissant, qui semble être efficace contre différents micro-organismes infectieux, dont le Staphylococcus aureus et l’Escherichia coli (16).

Réduire les gerçures de seins (allaitement maternel)

L’allaitement maternel peut causer des gerçures particulièrement douloureuses, qui sont d’ailleurs l’une des raisons des abandons courants (17). Au cours d’un essai, la menthe poivrée (en gel à teneur de 0,2 %) s’est avérée beaucoup plus efficace que la lanoline purifiée pour réduire les gerçures sur les mamelons (taille et nombre de gerçures). Cette efficacité a été confirmée par une autre étude, qui conclut également que la menthe poivrée réduit les gerçures des seins des femmes allaitantes (18).

Les autres recherches

L’ESCOP, l’Organisation mondiale de la Santé et la Commission E. reconnaissent l’utilisation de l’huile essentielle de menthe poivrée en usage externe dans le soulagement des maux de tête, des irritations cutanées, du rhume et des douleurs névralgiques ainsi que rhumatismales et musculaires. D’ailleurs, ces organismes reconnaissent différents effets thérapeutiques à cette plante lorsqu’on la consomme en infusion ou en tisane, en particulier sur les troubles gastro-intestinaux.

D’autre part, l’huile essentielle de menthe poivrée s’avère efficace dans le soulagement des nausées, notamment celles liées à la chirurgie et aux interventions (19-20). En effet, l’inhalation de menthe poivrée aide à réduire les nausées et à améliorer la respiration des patients concernés (21).

Consommation, indications et posologie

bienfaits de la menthe poivréeLa menthe poivrée peut s’utiliser sous la forme d’une huile essentielle, dont l’utilisation doit rester raisonnable et respectueuse des mesures de précaution (voir les contre-indications à son utilisation). Elle s’utilise dans la plupart des cas cités parmi ses bienfaits. La menthe poivrée peut s’utiliser par voie interne et par voie externe. N’hésitez pas à demander conseil à un naturopathe ou à un professionnel de santé avant d’utiliser les plantes.

Par voie interne, pour traiter les troubles digestifs, il faut prendre deux à quatre gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée diluées dans une huile végétale. À répéter trois fois par jour. En infusion, les feuilles séchées doivent être infusées (une cuillère à café) dans 150 millilitres d’eau bouillante, durant dix minutes. Consommez alors trois à quatre tasses par jour. En teinture, il faut en prendre deux à cinq millilitres, trois fois par jour. Pour les infections respiratoires, il convient de prendre de l’huile essentielle comme indiqué ci-dessus. Pour le syndrome de l’intestin irritable, on privilégie l’huile essentielle en comprimés ou en capsules, avec enrobage entérosoluble. Dans ce cas, il faut prendre 0,2 millilitre avec de l’eau, trois fois par jour, avant les repas.

Par voie externe, on utilise l’huile essentielle de menthe poivrée en friction sur la poitrine pour traiter les infections respiratoires. On peut aussi en inhaler les effluves (trois à quatre gouttes dans de l’eau chaude) ou utiliser un onguent nasal. Pour traiter les maux de tête, il faut se masser le front et les tempes avec deux à trois gouttes d’huile essentielle pure ou diluée (huile végétale ou eau tiède). Autrement, on peut utiliser des huiles, crèmes ou onguents (2 à 20 % d’huile essentielle) ou des teintures (5 à 10 % d’huile essentielle). Ces mêmes posologies peuvent s’appliquer pour les douleurs névralgiques, musculaires, rhumatismales et les démangeaisons cutanées.

Association avec d’autres plantes et interactions

Il est déconseillé de prendre de la menthe poivrée avec un supplément de fer, car cette plante et ses principes peuvent nuit à la bonne absorption de ce nutriment (22) (23). La menthe poivrée peut interagir avec de nombreux traitements médicaux et médicaments. Selon différents essais, son huile essentielle bloque les enzymes cytochromes, qui interviennent dans le métabolisme de plusieurs médicaments (24). Cependant, cette interaction reste théorique. L’huile essentielle de menthe poivrée peut aussi augmenter la biodisponibilité orale d’un médicament immunosuppresseur : la ciclosporine (25). Ce médicament s’utilise essentiellement dans le cadre des transplantations d’organe. Cette huile peut être utilisée avec ou en remplacement de l’huile d’eucalyptus.

Les médicaments et les antiacides que l’on utilise pour le traitement des ulcères gastriques peuvent dissoudre les capsules et comprimés entérosolubles d’huile essentielle de menthe poivrée dans l’estomac, avant qu’ils n’aient atteint l’intestin. Il ne faut donc pas en associer la prise et attendre au moins de deux heures. 

Contre indications

La menthe poivrée, et notamment son huile essentielle, est contre-indiquée chez les jeunes enfants (moins de 30 mois) en usage interne, ainsi que chez les enfants de moins de quatre ans en application topiques près des voies respiratoires. L’usage des huiles essentielles doit toujours faire l’objet de la plus grande vigilance. Ayez conscience du danger que peut représenter la mauvaise utilisation de ce genre de produit.

La menthe poivrée est souvent conseillée aux femmes enceintes pour lutter contre les nausées de la grossesse. Or, la communauté scientifique manque encore d’informations capables de prouver l’innocuité de la plante et de ses produits (26). Il faut donc éviter cette plante et les huiles essentielles durant la grossesse. Enfin, il ne faut pas utiliser de l’huile essentielle de menthe poivrée en cas d’inflammation de la vésicule biliaire, d’obstruction des voies biliaires ou de maladie grave du foie (27).

En ce qui concerne les effets secondaires ou indésirables de cette plante, il est intéressant de les connaitre. De rares cas d’allergie ont déjà été rapportés au sujet de la menthe poivrée, notamment en application cutanée. Certaines personnes sensibles ou souffrant d’ulcère gastroduodénal doivent éviter les pastilles mentholées et l’huile essentielle de menthe poivrée en usage interne. En effet, ces produits peuvent exacerber un ulcère ou irriter les muqueuses de la bouche. Enfin, la prise de comprimés non entérosolubles à base d’huile essentielle de cette plante peut occasionnellement générer des brûlures d’estomac. Et ce, en particulier chez les personnes qui sont sujettes au reflux gastro-œsophagien. Si des effets indésirables apparaissent, stoppez immédiatement votre consommation de produits à base de menthe poivrée. Bien sûr, s’ils persistent, consultez votre professionnel de santé sans attendre. 

Conseils : où et comment acheter la plante

Dans le commerce, on trouve de la menthe poivrée sous de multiples formes. Huile essentielle, feuilles séchées, infusions, pastilles, teintures, préparations topiques, extraits, produits (lotions, crèmes, onguents), capsules, comprimés… On peut donc utiliser cette plante de multiples façons. Elle se trouve dans les commerces physiques (pharmacies, parapharmacies, magasins bio ou spécialisé, herboristeries, etc.) et sur Internet. Dans tous les cas, il est important de choisir un produit de qualité, auprès d’un vendeur de confiance uniquement.

Ayez toujours le réflexe de consulter la liste des ingrédients du produit. Ainsi que sa concentration en principes actifs, sa provenance, ses origines… Vérifiez aussi qu’il s’agit bel et bien de menthe poivrée, et non pas de menthe simple. Dans l’idéal, optez pour un produit naturel, issu de l’agriculture biologique. Il sera plus efficace, mais aussi meilleur pour vous, pour la planète et pour ses producteurs. Opter pour un bon produit vous assure de réels bienfaits et limite toujours le risque de mauvaise réaction à la plante.

Demandez toutefois l’avis d’un médecin ou d’un naturopathe avant d’utiliser les huiles essentielles, même les plus sécuritaires. Il existe toujours un risque de surdosage avec ces produits. Et ce, en raison de leur grande puissance et de leur concentration en principes actifs. Ne tentez pas l’automédication, en particulier avec des produits aussi puissants que les huiles essentielles.

Notes & références

1. Bruneton, J., Pharmacognosie — Phytochimie, plantes médicinales, 4e éd., revue et augmentée, Paris, Tec & Doc – Éditions médicales internationales, 2009.

2.Référence GRIN : espèce Mentha ×piperita L.

3. Liu J.H., Chen GH, et al. Enteric-coated peppermint-oil capsules in the treatment of irritable bowel syndrome: a prospective, randomized trial. J. Gastroenterol 1997.

4. Effect of fibre, antispasmodics, and peppermint oil in the treatment of irritable bowel syndrome: systematic review and meta-analysis. Ford AC, Talley NJ, et al. BMJ. Nov 2008

5. Alam, M. S., Roy, P. K., Miah, A. R., Mollick, S. H., Khan, M. R., Mahmud, M. C., and Khatun, S. Efficacy of Peppermint oil in diarrhea predominant. Mymensingh.Med. J 2013.

6. Madisch A., Heydenreich CJ, et al. l. Treatment of functional dyspepsia with a fixed peppermint oil and caraway oil combination preparation as compared to cisapride. A multicenter, reference-controlled double-blind equivalence study. Arzneimittelforschung 1999.

7. May B, Kuntz HD, et al. Efficacy of a fixed peppermint oil/caraway oil combination in non-ulcer dyspepsia. Arzneimittelforschung 1996.

8. Barnick C.G., Cardozo LD. The treatment of abdominal distension and dyspepsia with enteric coated peppermint oil following routine gynaecological intraperitoneal surgery. J Obstet Gynecol 1990.

9. Thompson Coon J, Ernst E. Systematic review: herbal medicinal products for non-ulcer dyspepsia. Aliment Pharmacol Ther. Oct. 2002

10. Lida, H., Inamori, M., Uchiyama, T., Endo, H., Hosono, K., Akiyama, T., Sakamoto, Y., Fujita, K., Takahashi, H., Yoneda, M., Koide, T., Tokoro, C., Goto, A., Abe, Y., Kobayashi, N., Kirikoshi, H., Kubota, K., Saito, S., and Nakajima, A. Early effects of oral administration of lafutidine with peppermint oil, compared with lafutidine alone, on intragastric pH values. Hepatogastroenterology 2011.

11. Asao T., Mochiki E, et al. An easy method for the intraluminal administration of peppermint oil before colonoscopy and its effectiveness in reducing colonic spasm. Gastrointest. Endosc. 2001.

12. Hiki N., Kurosaka H., et al. Peppermint oil reduces gastric spasm during upper endoscopy: a randomized, double-blind, double-dummy controlled trial. Gastrointest Endosc. 2003.

13. Imagawa A., Hata H., Nakatsu M., et al. Peppermint oil solution is useful as an antispasmodic drug for esophagogastroduodenoscopy, especially for elderly patients. Dig Dis Sci 2012.

14. Gobel H., Schmidt G., Soyka D. Effect of peppermint and eucalyptus oil preparations on neurophysiological and experimental algesimetric headache parameters. Cephalalgia 1994.

15. Gobel H., Fresenius J, et al. Effectiveness of Oleum menthae piperitae and paracetamol in therapy of headache of the tension type, Nervenarzt 1996.

16. Betoni JE, Mantovani RP, et al. Synergism between plant extract and antimicrobial drugs used on Staphylococcus aureus diseases. Mem Inst Oswaldo Cruz. 2006.

17. Melli MS, Rashidi MR, et al. A randomized trial of peppermint gel, lanolin ointment, and placebo gel to prevent nipple crack in primiparous breastfeeding women. Med Sci Monit. 2007.

18. Sayyah, M., Melli, M., Rashidi, M. R., Delazar, A., Madarek, E., Kargar Maher, M. H., Ghasemzadeh, A., Sadaghat, K., and Tahmasebi, Z. Effect of peppermint water on prevention of nipple cracks in lactating primiparous women: a randomized controlled trial. Int Breastfeed J 2007.

19. Tate S. Peppermint oil: a treatment for postoperative nausea. J. Adv Nurs 1997.

20. Anderson LA, Gross JB. Aromatherapy with peppermint, isopropyl alcohol, or placebo is equally effective in relieving postoperative nausea. J. Perianesth Nurs. 2004.

21. Lane, B., Cannella, K., Bowen, C., Copelan, D., Nteff, G., Barnes, K., Poudevigne, M., and Lawson, J. Examination of the effectiveness of peppermint aromatherapy on nausea in women post C-section. J Holist Nurs 2012.

22. Akdogan M., Gultekin F., Yontem M. Effect of Mentha piperita (Labiatae) and Mentha spicata (Labiatae) on iron absorption in rats. Toxicol Ind Health. Sep. 2004.

23. Hurrell R.F., Reddy M., Cook JD. Inhibition of non-haem iron absorption in man by polyphenolic-containing beverages. Br J. Nutr 1999 Apr.

24. Unger M., Frank A. Simultaneous determination of the inhibitory potency of herbal extracts on the activity of six major cytochrome P450 enzymes using liquid chromatography/mass spectrometry and automated online extraction. Rapid Commun Mass Spectrom 2004.

25. Wacher V.J., Wong S., Wong HT. Peppermint oil enhances cyclosporine oral bioavailability in rats: comparison with D-alpha-tocopheryl poly (ethylene glycol 1000) succinate (TPGS) and ketoconazole. J. Pharm Sci.

26. Westfall RE. Use of anti-emetic herbs in pregnancy: women’s choices, and the question of safety and efficacy. Complement Ther Nurs Midwifery. Feb. 2004.

27. McKay DL, Blumberg J B. A review of the bioactivity and potential health benefits of peppermint tea (Mentha piperita L.). Phytother Res. 2006. 

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *