CHARGEMENT

Type de recherche

Konjac

Avatar
Share

Découvrir le Konjac et ses bienfaits

Mondialement réputé pour ses puissants effets coupe-faim naturels, le konjac est une fibre naturelle qui présente quelques autres avantages et bienfaits qu’il est important de détailler. Qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser le konjac, et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la plante

bienfaits du konjacLe konjac (Amorphophallus konjac) est une plante vivace et herbacée appartenant à la famille des Araceae. Elle se développe à partir d’un rhizome tubéreux sphérique, qui a la particularité d’être très grand. Outre son tubercule volumineux, dont le poids peut atteindre trois à quatre kilogrammes, la plante possède une grande feuille trilobée, découpée en profondeur. Elle est très grande et peut atteindre une taille supérieure à un mètre. Sa fleur unique est malodorante de couleur noir violacé. Sa couleur et sa forme particulière lui valent le surnom de « langue du diable » dans certaines contrées.

En Asie, le konjac s’utilise sous de nombreuses formes. On utilise son tubercule bulbeux (ou « bulbe tubéreux ») pour confectionner de la farine ainsi que de la gomme. Ces matières premières servent ensuite à la création de produits comme des pâtes, des compléments alimentaires et différents produits de type alimentaire. La consommation de konjac est très répandue dans cette partie du globe pour ses bienfaits sur le transit. Mais également sur ses diverses propriétés.

En cuisine comme en phytothérapie, ce sont essentiellement les racines de la plante que l’on utilise. Celles-ci contiennent du glucomannane, qui est une substance aux capacités absorbantes étonnantes. Le glucomannane est un polysaccharide hétérogène. Il peut effectivement absorber jusqu’à cent fois son volume en liquide ou en eau. Avec ses fibres, il est responsable des effets rassasiants du konjac. Les racines de cette plante sont uniques en leur genre. Elles possède des propriétés uniques qui présentent un certain intérêt pour les personnes en quête de minceur. En effet, le konjac ne contient aucune calorie.

Origine et historique

Le konjac est originaire des forêts tropicales et subtropicales d’Asie, et plus particulièrement d’Asie du Sud-Est. C’est en Chine, en Indonésie, en Corée et au Vietnam qu’on le trouve à l’état naturel. Le konjac se trouve aussi en moindre quantité aux Antilles, en Nouvelle-Calédonie et à Madagascar. Néanmoins, on n’exploite pas le konjac dans ces pays. Cela fait longtemps qu’il appartient à la pharmacopée asiatique. Pourtant, il n’est apparu qu’au XVIIIe siècle au Japon. Il a d’ailleurs été utilisé comme aliment thérapeutique et médicamenteux contre les troubles intestinaux, les brûlures, le cancer ou encore, la toux dans la plupart des pays d’Asie(1).

Les plus anciennes traces connues de cette plante et de sa culture ont été trouvées dans d’anciens textes chinois, datant de plus de deux millénaires (2). Le konjac fait partie de la pharmacopée chinoise depuis de nombreux siècles et s’utilise pour traiter différents maux, de l’asthme aux problèmes de peau.

Aujourd’hui, ce produit est encore peu connu en France et dans certains pays occidentaux. Pourtant, cette plante aux propriétés étonnantes est utilisée pour ses bienfaits sur la santé sur tous les continents. En Occident, il est majoritairement consommé sous la forme de pâtes, bien que les compléments alimentaires gagnent en popularité chaque année. La plante est d’ailleurs cultivée dans la plupart des pays d’Asie d’où il est originaire. La Chine détient près de 60 % de sa production mondiale, et le Japon 28 %.

Recherches et bienfaits

bienfaits du konjac

Effet coupe-faim naturel

Le konjac se distingue par ses effets sur la faim. Sa teneur en glucomannane lui procure un effet rassasiant particulièrement puissant. De même, le konjac contient des fibres capables d’absorber de grandes quantités d’eau grâce à leurs propriétés gélifiantes uniques. On estime qu’un gramme de fibres peut absorber l’équivalent de 200 millilitres d’eau (3). Le konjac provoque une augmentation notoire de la viscosité dans l’estomac, ce qui a pour effet de ralentir le processus de vidange gastrique. La nourriture qui stagne plus longtemps dans l’estomac augmente la durée de la sensation de satiété ressentie par le consommateur.

Par ailleurs, les essais préliminaires réalisés dans ce domaine tendent à démontrer que le glucomannane agit directement sur l’hormone qui régule l’appétit, à savoir la ghréline (4). Son effet coupe-faim serait très vraisemblablement lié à cette réaction.

Effet anti-cholestérol et anti-diabète

Le konjac est une plante très spéciale, qui possède des vertus considérables sur l’assimilation des graisses de l’alimentation. De plus, il permet d’améliorer le rapport entre le bon et le mauvais cholestérol, privilégiant le premier au détriment du second (5). Le konjac semble également agir sur le taux de triglycérides sanguins, et il pourrait contribuer à sa régulation.

En outre, cet aliment aux propriétés étonnantes diminue également l’absorption des sucres et des graisses par l’organisme. On les retrouve donc en plus grandes quantités dans les selles (6). On considère donc que cette plante, quelle que soit la forme utilisée ou consommée, agit comme un coupe-faim à la fois puissant et durable.

 Mieux encore, il permet de réduire l’absorption des sucres ainsi que leur libération dans le sang. De cette façon, le konjac aide à assurer un meilleur contrôle de la glycémie (taux de sucre dans le sang). Bien sûr, il agit aussi sur l’absorption des graisses par l’organisme, ce qui contribue à prévenir le surpoids et l’obésité. Un meilleur contrôle de sa sensation de faim permet de limiter les écarts et les grignotages en cours de journée, mais aussi de mieux équilibrer ses repas.

Régulation de la fonction intestinale

Les fibres solubles et insolubles jouent des rôles clés dans la régulation du transit intestinal. Elles ont pour mission d’assurer la régularité et la fermeté des selles, ce qui permet de lutter à la fois contre la constipation et la diarrhée. Les fibres absorbent de grandes quantités de liquide, ce qui a pour effet d’augmenter leur volume et leur poids. La viscosité des aliments favorise leur élimination dans des conditions idéales.

Pour améliorer la qualité du transit et assurer la bonne élimination des selles, le glucomannane se montre d’une rare efficacité (7). Cette plante serait d’ailleurs plus efficace que le psyllium, à qui il peut également s’associer. Il est indispensable d’avoir un bon transit pour être en forme et faciliter la perte de poids lorsqu’elle est un objectif à atteindre. Il est donc bénéfique de consommer du konjac pour prévenir et lutter à la fois contre la constipation et la diarrhée, dans le respect des doses indiquées. Le konjac aide à prévenir et à soulager divers troubles digestifs autre grâce à sa teneur naturellement élevée en fibres.

Amincissement et perte de poids

Le konjac possède un véritable effet hypolipidémiant, ce qui lui confère un effet réducteur sur la prise de poids (8). Comme nous l’avons vu, la plante agit contre le mauvais cholestérol et favorise son élimination au profit du bon cholestérol. Mais elle a aussi pour effet de limiter l’absorption des graisses présentes dans les aliments et de faciliter leur élimination directe par le biais des selles. En d’autres termes, le konjac permet de limiter l’apport en lipides des repas et de prévenir de ce fait le surpoids et l’obésité.

Enfin, le konjac est un excellent coupe-faim naturel, qui se montre d’une efficacité difficilement égalée. Bien sûr, en fonction des apports caloriques journaliers, ses propriétés peuvent avoir pour effets de faciliter la perte de poids. Évidemment, pour amorcer une perte de poids saine et durable à l’aide du konjac, il faut ancrer sa consommation dans le cadre d’une alimentation saine. À cela, il faut bien sûr associer une pratique sportive régulière et adaptée.

Les autres recherches et bienfaits

En contribuant à améliorer la qualité du transit intestinal, les fibres présentes dans le konjac ont un effet détoxifiant sur l’organisme. En d’autres termes, elles favorisent l’élimination des toxines et des déchets présents dans le corps par le biais des selles. La plante serait efficace pour nettoyer le côlon et l’ensemble du tube digestif. En outre, il est un purgatif laxatif efficace, utile contre la plupart des troubles gastro-intestinaux.

Au Japon, au XVIIIe siècle, le konjac était utilisé pour lutter contre le cancer, bien qu’aucune étude scientifique n’ait permis de conclure à une quelconque efficacité dans ce domaine.

En cosmétique, il est courant d’utiliser la farine de konjac pour produire des éponges « konjac ». Elles s’utilisent pour nettoyer le visage (9). On élabore ces éponges à partir de farine des racines de konjac. Parfois, la farine se mélange à d’autres matériaux tels que l’argile, le charbon ou encore, le bambou pour créer des éponges.

Consommation, indications et posologie

konjacLes indications du konjac portent sur l’hypercholestérolémie, l’hyperlipidémie, l’obésité et la prise de poids. Le konjac se présente sous plusieurs formes galéniques, comme le gel, les gélules, les comprimés et la poudre. On peut aussi trouver de la gomme de konjac dans le commerce. Dans la plupart des cas, les gélules contiennent 450 mg de konjac. Elles présentent généralement un titrage en glucomannane de 80 % minimum. Il faut prendre trois gélules, trois fois par jour avec 50 centilitres d’eau, environ une demi-heure avant les repas. La posologie de chaque produit peut varier, c’est pourquoi il faut se référer aux consignes du fabricant du produit utilisé. En cuisine et dans l’industrie agroalimentaire, on utilise la gomme de konjac comme épaississant.

Il est aussi possible de consommer le konjac sous forme de pâtes. C’est une forme que l’on utilise beaucoup en cuisine asiatique et elle permet de parvenir rapidement à satiété. Le tout, en limitant les apports calories. Il existe de nombreuses recettes permettant de cuisiner cet aliment et on peut par exemple l’associer aux légumes dans le cadre d’un régime minceur. Par repas, la dose de konjac à consommer est de 150 grammes cuits. En ce qui concerne la poudre de konjac, elle s’ajoute aux bouillons, potages et autres boissons. On consomme alors un à trois grammes de poudre par prise.

Lorsque vous consommez du konjac, pensez à boire beaucoup d’eau afin de limiter les risques d’occlusion ou d’obstruction du tube digestif. Pour une utilisation sans risque, les gélules de konjac sont à privilégier, aux doses recommandées par les fabricants.

Association avec d’autres plantes et interactions

Pour réduire l’appétit, le konjac associe des effets coupe-faim avec ceux de la garcinia. Contre la constipation, c’est à l’agar-agar et au psyllium que le konjac s’associe le mieux. Il existe quelques autres associations possibles du konjac. Ce dernier peut aider à contrer l’excès de poids lorsqu’on le combine au nopal, au fucus, au hoodia, au chitosan ou encore, au guarana. Enfin, contre le cholestérol et la glycémie, c’est au fenugrec, à la cannelle, au curcuma et au chardon-Marie que le konjac associe ses propriétés exceptionnelles.

En théorie, on peut associer la consommation de konjac à celle de compléments alimentaires aux propriétés similaires pour décupler ses effets. L’efficacité des médicaments peut être altérée par la prise de konjac. De même, ce dernier peut interagir avec des aliments, compléments alimentaires, plantes ou médicaments dotés de propriétés similaires. N’hésitez pas à solliciter un avis médical avant d’associer le konjac à tout autre produit.

Contre indications

En règle générale, le konjac est contre-indiqué aux personnes souffrantes d’une occlusion du tube digestif. C’est la seule véritable contre-indication connue à ce jour pour cette plante lorsqu’elle est consommée dans des proportions raisonnables. En cas de traitement médical, il faut idéalement espacer de trois heures la prise de ceux-ci et la consommation de konjac. Cela va permettre de préserver la biodisponibilité des molécules et principes actifs des médicaments en question. N’hésitez pas à solliciter un avis médical si vous suivez un traitement. Enfin, comme il ne contient pas de gluten, le konjac est compatible avec l’alimentation des personnes intolérantes ou allergiques au gluten. Sa consommation est également à éviter en cas de mégacôlon.

En outre, la consommation de konjac et de glucomannane qu’il renferme peut entraîner de rares effets indésirables. Il s’agit le plus souvent de troubles d’ordre digestifs comme des sensations de lourdeurs dans l’estomac, des gaz ou de faibles diarrhées. Ces effets sont peu fréquents et s’estompent rapidement après l’arrêt de la cure ou la réduction du dosage. En outre, en cas de surdosage, les effets indésirables peuvent être plus importants et conduire à une occlusion intestinale, notamment. Il faut respecter les dosages recommandés par les fabricants de produits à base de konjac. Au début de la cure, commencez par une dose plus faible et augmentez-la progressivement au cours des semaines

Conseils : où et comment acheter la plante

Il est possible de trouver du konjac sous ses formes culinaires dans les boutiques spécialisées en produits asiatiques. Pour ce qui est des compléments alimentaires (gélules, capsules, comprimés, poudre, etc.), ils se trouvent facilement dans les pharmacies. Ils se trouvent également en parapharmacies et dans les boutiques d’aliments biologiques.

Quelle que soit la forme choisie, et, quel que soit le commerce sollicité pour cet achat, privilégiez toujours les produits issus de l’agriculture biologique. Cela permet d’une part de maximiser ses effets sur la santé. Mais aussi de préserver l’environnement, les petits producteurs locaux et la santé des consommateurs. Ses actions coupe-faim et brûle-graisse sont beaucoup plus puissants lorsque la plante est d’origine biologique. De même, elle ne contient pas de produits nocifs pour la santé comme des pesticides ou des herbicides.

de culture à l’état sauvage. À cause de sa valeur, les vols de ginseng au sein des plantations sont assez courants, même avant sa maturité. Sachez toutefois qu’il est possible de trouver du ginseng asiatique cultivé à partir de graines de ginseng sauvage.

Notes & références

1. M. Chua, T. C. Baldwin, T. J. Hocking, K. Chan, ‘Traditional uses and potential health benefits of Amorphophallus konjac’, K. Koch ex N.E.Br., Journal of Ethnopharmacology, 2010.
2. Long Chun – Lin, ‘ETHNOBOTANY OF AMORPHOPHALLUS OF CHINA’, Acta Botanica Yunnanica 3.
3. Glucomannan: properties and therapeutic applications, A. Gonzalez Canga, A. M. Sahagún, N. Fernández Martínez, A. P. Calle Pardo, J. J. García Vieitez, M. J. Díez Liébana, L. J. Castro Robles and M. Sierra Vega, 2004.
4. Immediate and long-term effects of glucomannan on total ghrelin and leptin in type 2 diabetes mellitus, S. Chearskul, W. Kriengsinyos, S. Kooptiwut, S. Sangurai, S. Onreabroi, M. Churintaraphan, N. Semprasert, W. Nitiyanant. Published: December 24, 2008.
5. Nitesh Sood, William L. Baker, Craig I Coleman, Effect of glucomannan on plasma lipid and glucose concentrations, body weight, and blood pressure: systematic review and meta-analysis, The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 88, Issue 4 October 2008.
6. Traditional uses and potential health benefits of Amorphophallus konjac K. Koch ex N.E.Br., Chua, M., Baldwin, T. C., Hocking, T. J. & Chan, K. (2010). Traditional uses and potential health benefits of Amorphophallus konjac K. Koch ex N.E.Br. Journal Of Ethnopharmacology, 2009.
7. Fiber (Glucomannan) Is Beneficial in the Treatment of Childhood Constipation, Vera Loening-Baucke, Erasmo Miele, Annamaria Staiano, Pediatrics Mar 2004.
8. Sood N., Baker WL, Coleman CI. Effect of glucomannan on plasma lipid and glucose concentrations, body weight, and blood pressure: systematic review and meta-analysis. Am J. Clin Nutr. 2008.
9. Method of producing a glucomannan sponge, United States Patent, Kumiko Kimura, Onomichi, Japan.

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *