CHARGEMENT

Type de recherche

Curcuma

Avatar
Share

Découvrir le Curcuma et ses bienfaits

Colorant naturel le plus répandu au monde, le curcuma est aussi une épice et une plante médicinale aux vertus très diverses. Qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser le curcuma, et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la plante

curcuma-1Le curcuma est une plante herbacée rhizomateuse vivace, qui appartient à la famille des « Zingibéracées ». La plante est originaire de Malaisie et d’Inde et elle porte le nom scientifique de « Curcuma longa ». En médecine et en cuisine, c’est son rhizome que l’on utilise le plus souvent. On le réduit en poudre pour en extraire l’épice. Elle est réputée pour sa couleur jaune-orangé caractéristique et son parfum unique. Il faut savoir que le curcuma est l’ingrédient principal du curry.

Depuis sa découverte, la plante fait l’objet de nombreuses utilisations, notamment pour soulager les maladies inflammatoires, les troubles digestifs, l’arthrite ou encore l’arthrose. On utilise le curcuma pour ses vertus culinaires et médicinales, notamment en tant qu’additif alimentaire. Mais aussi dans des logiques préventives ou curatives, au cours de thérapies.

Cette plante se distingue par une grande diversité de nutriments et de constituants. Elle renferme des curcuminoïdes, des éléments colorants et antioxydants naturels, dont le plus connu et le plus présent dans le curcuma est la curcumine. Les autres étant la desméthoxycurcumine, la bidesméthoxycurcumine, et la dihydrocurcumine. Le curcuma contient aussi de l’huile essentielle, des alcaloïdes, des benzénoïdes, les lignanes ainsi que des monoterpènes. Par ailleurs, on note également la présente de stéroïdes, de phénylpropanoïdes et de quinoïdes dans sa composition. Enfin, quelques autres éléments sont présents, notamment des sesquiterpènes et des carbohydrates.

Dans le curcuma se trouve de la vitamine B6 ainsi que de plus faibles proportions d’autres vitamines (C, E, K, B1 et B2). La plante propose quelques sels minéraux à l’image du fer, du manganèse, du cuivre, du potassium, du magnésium, du phosphore et du zinc. Pour ne rien oublier, il faut préciser que ce rhizome aux couleurs vives contient des fibres ainsi que des acides gras, dont des oméga-3.

Origine et historique

Les origines du curcuma se situent dans le sud et dans le sud-est de l’Asie. Et plus spécifiquement en Inde. La plante est le résultat d’un grand nombre de sélections successives, si bien que l’existence même de l’espèce sauvage est aujourd’hui remise en question. On ne peut déterminer avec précision l’origine du curcuma, tant les échanges commerciaux ont été nombreux au cours de son histoire. Cela fait des milliers d’années que la plante est cultivée, échangée, vendue et exportée à travers le monde. L’Inde est aujourd’hui le plus grand consommateur, mais aussi le plus grand producteur de curcuma au monde. D’autres pays le cultivent aussi, comme la Chine, Taïwan, le Bengale, l’Australie, le Pérou, Java, les Philippines, l’Indonésie ou les Antilles.

On a retrouvé des traces du curcuma à l’époque de l’Antiquité. La plante est mentionnée dans d’anciens écrits datant du IVe siècle de notre ère. En Chine, il semblerait que l’histoire écrite du curcuma remonte au VIIe siècle, même si elle est probablement plus ancienne. De plus, le curcuma fit son apparition en Occident à l’époque de l’Antiquité. Il est décrit par Dioscoride dans ses écrits (Materia Medica). Il fut exporté en Europe sous le nom de « safran des Indes » au XVIIIe siècle, par les grandes puissances navales de l’époque. Depuis, s’il est très consommé dans les pays asiatiques, il l’est moins dans le centre de l’Europe.

Recherches et bienfaits

curcuma-2

Soulager les troubles digestifs

L’Organisation mondiale de la santé reconnaît l’efficacité du curcuma pour traiter la plupart des troubles digestifs que peut rencontrer l’humain. Il s’agit notamment des nausées, des maux d’estomac, de la perte d’appétit ou des sensations de lourdeurs. Au cours d’une étude, le rhizome a démontré son efficacité sur le soulagement des problèmes digestifs des patients (1). On utilise le curcuma pour renforcer et améliorer la fonction biliaire, qui peut être à l’origine de la dyspepsie.

L’utilisation du curcuma dans ce cadre a permis de soulager les patients sujets aux douleurs abdominales, et plus particulièrement dans la région du foie (2). Ainsi, on consomme le curcuma pour lutter contre les maladies liées au foie, à l’image des affections hépatiques et des calculs biliaires. En améliorant la sécrétion de bile durant la digestion, le curcuma permet aussi une meilleure digestion des aliments, entraînant alors un gain de confort digestif. La plante propose des effets bénéfiques sur les douleurs digestives, mais aussi sur la constipation, la gastroentérite ou encore, les diarrhées infectieuses et les inflammations. Par ailleurs, les composants de la plante permettent de lutter contre les maladies inflammatoires des intestins, comme le syndrome de l’intestin irritable (3). La curcumine étant très efficace contre la maladie Crohn, on peut aussi consommer le rhizome dans ce cadre.

Efficace contre le diabète

Le curcuma possède un effet préventif face au diabète. En effet, dans le cadre de la prévention de la maladie, une consommation régulière de curcuma permet de limiter les risques de la développer (4). De plus, pour les personnes touchées par le diabète, la consommation de curcuma permet de réduire l’excrétion des protéines urinaires, ainsi que des niveaux de TGF-β (facteur de développement anormalement exprimé dans le cas d’un diabète avec néphropathie) et IL-8 (une molécule liée à une infection) (5).

La prévention des maladies cardiovasculaires

Le curcuma s’est illustré à travers plusieurs études dans le cadre de la prévention de l’oxydation du cholestérol LDL, que l’on nomme communément le « mauvais cholestérol » (6). Il permet aussi de diminuer le taux de cholestérol global dans l’organisme. La curcumine ainsi que les métabolites qu’elle génère seraient en partie responsables de cet effet. Le curcuma pourrait donc réduire les risques de maladies cardiovasculaires et prévenir l’apparition d’artériosclérose ainsi que d’autres maladies.

Par ailleurs, combiné à un exercice physique régulier, le curcuma permet de réduire la masse corporelle des individus, et de manière significative. Ainsi, associer la consommation de curcuma à la pratique régulière d’un sport permet de réduire la pression sanguine aortique ainsi que l’indice de masse corporelle (7). En effet, le curcuma aurait un pouvoir de régulation sur le taux de triglycérides.

Il faut également préciser que les curcuminoïdes présents dans le curcuma sont de puissants antioxydants naturels. Et la curcumine est un composé antioxydant par excellence. On trouve aussi dans sa composition des composés phénoliques ainsi que des flavonoïdes, qui sont d’autres composés naturellement antioxydants (8). Ces antioxydants naturels permettent à l’organisme de lutter contre les effets des radicaux libres et de les éliminer plus facilement. Ces derniers favorisent notamment le développement de maladies cardiovasculaires.

Les maladies inflammatoires chroniques

En Chine et en Inde, le curcuma s’utilise depuis très longtemps pour lutter contre l’inflammation. La plante se montre efficace contre la pancréatite, la colite ulcéreuse et l’arthrite rhumatoïde (9). En comparaison de médicaments anti-inflammatoires classiques, la curcumine se dote d’une efficacité remarquable contre les inflammations liées à l’arthrite et à l’arthrose. Les résultats sont au moins aussi efficaces que les médicaments courants dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde (10). Comme nous l’avons précisé précédemment, la plante possède un effet bénéfique sur les maladies inflammatoires des intestins. On l’utilise donc généralement contre les œdèmes postopératoires, contre le syndrome de l’intestin irritable ainsi que d’autres maladies de la même nature.

De plus, le curcuma semble avoir des effets protecteurs sur notre muqueuse gastrique. Ses composants neutralisent et détruisent la bactérie « Helicobacter pylori » qui est à l’origine d’une majorité d’ulcères gastriques et duodénaux (11).

La prévention de la maladie d’Alzheimer

Les effets bénéfiques du curcuma semblent atteindre notre système nerveux et notre cerveau. En effet, la prévalence de la maladie d’Alzheimer est moins importante dans les régions où les populations consomment d’importantes quantités de curcuma tout au long de l’année (12). Il s’agit notamment de l’Inde et des régions d’origine de la plante. Chez l’animal, la consommation de curcuminoïdes améliore les déficits cognitifs le plus souvent attribués à la maladie d’Alzheimer. Ce sont les propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes de la plante qui sont souvent avancées pour expliquer ce mécanisme. D’autres études cliniques suivent actuellement leur cours afin d’évaluer la capacité de curcumine à freiner la progression de la maladie.

Prévention et traitement du cancer

L’un des enjeux actuels de la science est de déterminer l’efficacité du curcuma sur la prévention et le traitement du cancer. La recherche dans ce domaine est particulièrement active. Beaucoup de chercheurs estiment que les effets anti-inflammatoires et antioxydants de la curcumine jouent un rôle important dans la prévention et le traitement de plusieurs types de cancers (13). Menées in vitro, les études en question ont démontré la capacité d’inhibition de la curcumine sur la prolifération des cellules cancéreuses dans l’organisme. Ce composé intervient à différents stades de leur développement afin de favoriser la production d’enzymes capables de bloquer et d’éliminer les cellules cancéreuses (14).

Ainsi, la curcumine possèderait d’importantes propriétés préventives face au cancer. Mais elle pourrait aussi en favoriser le traitement. La communauté scientifique prend très au sérieux les propriétés anticancéreuses du curcuma. À l’heure actuelle, plusieurs études sont en cours de réalisation. Il semblerait que la curcumine, associée ou au non au traitement par chimiothérapie, pourrait aider à stabiliser l’évolution des cancers colorectaux et du pancréas (15).

Consommation, indications et posologie

curcuma-1Le rhizome est la partie généralement consommée de la plante, qui contient la grande majorité de ses éléments actifs. On peut d’ailleurs le consommer de différentes manières. Si la racine peut être consommée fraîche, c’est sous la forme d’une poudre (épice) qu’elle est la plus utilisée dans le monde. Ses extraits permettent de générer des comprimés, des gélules, et de la poudre et de l’huile essentielle de curcuma. Il faut aussi préciser que le curcuma se consomme en infusion. Dans ce cadre, on peut infuser durant 10 à 15 minutes entre 1 et 1,5 gramme de rhizome dans une eau bouillante (150 millilitres) et en boire jusqu’à deux tasses par jour.

La quantité de curcuma à consommer dépend de l’objectif et de l’état de l’individu. En règle générale, et en ce qui concerne le rhizome en poudre, il faut en consommer entre 1,5 et 3 grammes par jour. Cette prise équivaut à 60 à 200 milligrammes de curcuminoïdes. En extrait fluide, on peut consommer 1,5 et 3 millilitres par jour. En teinture, il ne faut pas que la consommation excède 10 millilitres de solution par jour. Enfin, en extrait normalisé en curcuminoïdes, on peut en prendre 200 à 400 milligrammes, trois fois par jour. Pour cela, il faut avoir recours à des extraits normalisés titrés à 95 % de curcuminoïdes.

Aujourd’hui, il est conseillé de consommer le curcuma avec un élément capable d’améliorer l’assimilation de la curcumine. Les oméga-3 le peuvent. Vous pourrez aussi choisir des extraits contenant de la pipérine ou de la broméline, qui ont également pour mission d’améliorer l’assimilation de la curcumine (16). Enfin, la consommation de compléments alimentaires est aussi une solution efficace à envisager. Il faut simplement veiller à respecter les dosages indiqués sur le flacon.

Association avec d’autres plantes et interactions

Comme nous l’avons vu, le curcuma et la curcumine possèdent des propriétés anti-inflammatoires puissantes. Il est tout à fait possible de le consommer avec d’autres plantes et produits naturels dotés des mêmes vertus. Il s’agit notamment du laurier, du saule blanc, de l’aloe vera, du noni et de l’harpagophyton.  Il en est de même pour les médicaments. Ainsi, il est possible de décupler les effets anti-inflammatoires de la plante et de traiter certaines douleurs avec plus d’efficacité.

Aujourd’hui, la question de l’assimilation de la curcumine par l’organisme fait débat. Pendant longtemps, on a conseillé d’associer le curcuma au poivre noir pour améliorer l’absorption de la curcumine. Mais depuis quelque temps, c’est aux oméga-3 qu’il est conseillé de l’associer, pour la même raison.

Contre indications

Il faut savoir qu’aux doses habituellement utilisées, le curcuma ne provoque pas d’effets secondaires indésirables. Néanmoins, malgré cela, certains chercheurs déconseillent l’emploi du curcuma chez la femme enceinte. Le curcuma est souvent contre-indiqué aux personnes sujettes à des calculs et à des obstructions biliaires. Si un calcul ou une lésion affecte les voies biliaires, il est indispensable de demander l’avis de son médecin traitant avant de consommer du curcuma sous toutes ses formes. De plus, sous la forme de cure, il ne faut jamais excéder trois semaines de prise, et toujours respecter une à deux semaines de pause entre deux cures.

Conseils : où et comment acheter la plante

Comme l’ont démontré un grand nombre d’études scientifiques, la curcumine est à l’origine de la plupart des bienfaits du curcuma. Elle doit donc être présente dans le curcuma que l’on achète. Pour savoir si ce dernier en est riche, il faut s’intéresser à son titrage en curcumine. Un curcuma de haute qualité sera titré à plus de 90 % de curcumine (95 % pour les plus concentrés). Au minimum, celui-ci doit en contenir 65 %. Par ailleurs, il est important de sélectionner un produit issu de ses terres d’origine et d’une agriculture biologique. Une culture traditionnelle du rhizome permet de conserver les principes actifs de la plante intacts. Et donc de profiter pleinement de leurs bienfaits.

Le curcuma est un produit courant. On peut le trouver frais ou en poudre dans les supermarchés, les magasins bio, les épiceries asiatiques et parfois en parapharmacie. On en trouve aussi sur Internet. Néanmoins, le curcuma hautement titré et issu d’une agriculture traditionnelle n’est pas toujours facile à trouver. Les magasins bio sont les plus susceptibles de proposer ce type de curcuma frais et en poudre. Pour les compléments alimentaires, vous en trouverez plus facilement sur Internet. Avant d’effectuer votre achat, assurez-vous du sérieux du site sur lequel vous commandez. Ces marchands spécialisés offrent souvent un grand choix de curcuma, et sous différentes formes. Vous trouverez alors celle qui est le plus adaptée à votre consommation de curcuma.

En tout cas, préférez toujours les produits originaires d’Inde et d’Asie, ayant subi une culture et un processus de transformations traditionnels et naturels. Le curcuma pourra ainsi conserver toutes ses propriétés et vous en faire profiter.

Notes & références

1. Randomized double blind study of Curcuma domestica Val. for dyspepsia. Thamlikitkul V, Bunyapraphatsara N, et al. J Med Assoc Thai 1989.
2. The effect of chelidonium- and turmeric root extract on upper abdominal pain due to functional disorders of the biliary system. Results from a placebo-controlled double-blind study. Niederau C, Gopfert E. Med Klin 1999.
3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15673996.
4. Curcumin extract for prevention of type 2 diabetes. Diabetes Care Chuengsamarn, S., Rattanamongkolgul, S., Luechapudiporn, R., Phisalaphong, C., and Jirawatnotai, S. 2012.
5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21627399?dopt=Abstract.
6. Oral administration of a turmeric extract inhibits LDL oxidation and has hypocholesterolemic effects in rabbits with experimental atherosclerosis. Ramirez-Tortosa MC, Mesa MD, et al. Atherosclerosis 1999.
7. SugawaraEffect of endurance exercise training and curcumin intake on central arterial hemodynamics in postmenopausal women: pilot study. J., Akazawa, N., Miyaki, A., Choi, Y., Tanabe, Y., Imai, T., and Maeda, S. Am J Hypertens. 2012.
8. Antioxidant availability of turmeric in relation to its medicinal and culinary uses. Tilak JC, Banerjee M, et al Phytother Res, 2004.
9. Safety and Anti-Inflammatory Activity of Curcumin: A Component of Tumeric (Curcuma longa). Chainani-Wu N. J Altern Complement Med. 2003
10. Preliminary study on antirheumatic activity of curcumin (diferuloyl methane). Deodhar SD, Sethi R, Srimal RC. Indian J Med Res. 1980.
11. Antimicrobial activity of curcumin against Indian Helicobacter pylori and also during mice infection. De R, Kundu P, et al. Antimicrob Agents Chemother. 2009.
12. Prevalence of dementia in an urban Indian population. Vas CJ, Pinto C, et al. Int Psychogeriatr, 2001.
13. Anticancer and carcinogenic properties of curcumin: considerations for its clinical development as a cancer chemopreventive and chemotherapeutic agent. López-Lázaro M. Nutr Food Res. 2008.
14. Cancer chemopreventive effects of curcumin. Surh YJ, Chun KS. Adv Exp Med Biol. 2007.
15. Phase II trial of curcumin in patients with advanced pancreatic cancer. Dhillon N, Aggarwal BB, et al. Clin Cancer Res. 2008.
16. Influence of piperine on the pharmacokinetics of curcumin in animals and human volunteers. Shoba G, Joy D, et al. Planta Med. 1998.

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *