CHARGEMENT

Type de recherche

Passiflore

Avatar
Share

Découvrir le Ginseng et ses bienfaits

Celle que l’on nomme aussi « fleur de la passion » serait dotée de propriétés médicinales exceptionnelles. Il s’agit de la passiflore, une plante unique en son genre. Qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser l’échinacée, et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la plante

passifloreLes passiflores constituent un genre de plante « passiflora », qui compte plus de 530 espèces différentes. Elles sont toutes issues de la famille des Passifloraceae. Il s’agit de plantes vivaces grimpantes, dont les fleurs sont très complexes et spectaculaires. La plante ressemble à une liane, mesurant plusieurs mètres. Les fleurs portent aussi le nom de « fleurs de la passion » ou « grenadille ». On les trouve essentiellement dans les régions où le climat est chaud et tropical. En phytothérapie, on utilise les parties aériennes de la plante, qui sont connues pour leurs effets sédatifs et anxiolytiques.

La passiflore est originaire des régions tropicales et subtropicales d’Amérique. On la retrouve particulièrement en Amérique du Sud. La diversité des formes des feuilles chez ses fleurs serait vraisemblablement due aux papillons. En effet, les lépidoptères choisissent certaines formes de feuilles pour pondre leurs œufs. Et les chenilles, dévorant les feuilles, poussent les fleurs à évoluer vers d’autres formes (1). En France, la passiflore est cultivée sur la côte méditerranéenne. Les botanistes l’ont aussi modifiée pour lui permettre de s’épanouir plus au nord, sur les côtes bretonnes et vendéennes.

Les feuilles et les fleurs de la plante (parties aériennes) sont celles que l’on utilise en phytothérapie. Elles sont récoltées à floraison, dès l’apparition des fruits. Si les fruits sont riches en vitamines et en sels minéraux, ce ne sont pas eux qui nous intéressent ici. Ainsi, la passiflore contient de nombreux principes actifs en quantités faibles. Pourtant, ces principes actifs agissent ensemble, et s’associent les uns aux autres. On peut donc y trouver des flavonoïdes (apigénine, lutéoline saponarol, vitexol), ainsi que des alcaloïdes, des glucosides, de l’isomaltol et du maltol. On peut aussi y trouver des tanins ainsi que la vitamine antioxydante par excellence, qui n’est autre que la vitamine C.

Origine et historique

La passiflore trouve ses origines en Amérique, et plus particulièrement au Mexique et en Amérique du Sud. Elle trouve dans ces régions un climat propice à son développement. Les Aztèques utilisaient autrefois la passiflore pour ses vertus sédatives. En cuisine ou en médecine, la passiflore a toujours fait partie de la pharmacopée amérindienne. Cela fait donc longtemps que l’être humain l’utilise pour ses bienfaits. Avec la conquête des Amériques, les Européens n’avaient pas conscience de l’existence de cette plante. De ce fait, il est important de préciser que c’est grâce aux peuples indigènes américains que les explorateurs espagnols ont découvert la passiflore. Ils en apprirent les usages au contact des Aztèques et finirent par la rapporter en Europe. Aujourd’hui, elle est aussi cultivée sur le continent.

Les conquérants espagnols rapportèrent la plante en Europe quelque temps après sa découverte auprès des peuples indigènes. Ses fruits furent alors consommés pour leurs qualités rafraîchissantes. Au cours du XVIe siècle, les jésuites lui donnèrent le nom de « fleur incarnant la passion ». Dans la constitution de la plante, ils voyaient alors l’illustration de la passion du Christ. Par la suite, au cours du XIXe siècle, la passiflore intégra la pharmacopée européenne. Les médecins ont reconnu les vertus sédatives de la plante, déjà mentionnées des siècles auparavant par les Aztèques. La pharmacopée française l’intégra alors dès 1937. Depuis, on l’utilise sous différentes formes, et notamment dans la composition de médicaments.

Elle entre dans la composition de préparations médicamenteuses encore disponibles aujourd’hui en Europe. On lui prête de nombreuses vertus, comme celles de traiter l’anxiété, les spasmes musculaires, la nervosité ou encore, les douleurs névralgiques. De plus, on l’associe aussi au traitement des troubles digestifs et de l’amélioration de la qualité du sommeil. Mais qu’en est-il vraiment ?

Recherches et bienfaits

bienfaits de la passiflore

Combattre le stress et l’anxiété avec la passiflore

Depuis plusieurs décennies, la passiflore attise la curiosité du monde médical et de la communauté scientifique. Cependant, chez l’humain, les données cliniques liées à la passiflore sont encore peu nombreuses. Et pourtant, en 2001, un essai clinique mené avec un extrait pur de passiflore a démontré que la plante était tout aussi efficace qu’un médicament appartenant à la famille des benzodiazépines. Et ce, dans le cadre du soulagement des patients qui souffrent d’anxiété généralisée (2). C’est là l’une des principales utilisations de la passiflore : le traitement des troubles de l’anxiété.

Compte tenu des résultats obtenus, les chercheurs ont décidé d’étudier les effets de la plante sur les toxicomanes, afin de les aider à surmonter leur dépendance aux produits dérivés de l’opium. Et les résultats obtenus ont une fois de plus démontré l’efficacité de la plante. En effet, les symptômes psychologiques du sevrage semblaient alors moins importants lorsque la passiflore était associée avec la clonidine. Néanmoins, aucune amélioration des symptômes physiques n’a été observée au cours de l’étude (3).

D’autre part, au cours d’une autre étude clinique, un extrait de passiflore a été donné aux patients devant subir une opération de chirurgie. Les résultats ont montré que la plante a permis de considérablement réduire le stress préopératoire de ces patients (4). L’ESCOP et la Commission européenne reconnaissent l’usage de la passiflore pour traiter et soulager l’anxiété ainsi que la nervosité. Dans ce cadre, la passiflore contribue aussi au traitement de la tachycardie d’origine nerveuse. Ce symptôme correspond à un rythme cardiaque anormalement rapide chez certains patients.

Le traitement des symptômes de l’asthme

Les chercheurs ont évalué les effets des extraits de fleurs de la passion sur les personnes qui souffrent de l’asthme. Au terme de quatre semaines de traitement à base de passiflore, la fréquence des problèmes respiratoires liés à l’asthme (sifflements de la respiration, brièveté du souffle, toux, etc.) a considérablement diminué (5). Ainsi, la passiflore a la capacité de réduire les symptômes de l’asthme, en termes de fréquence et d’intensité. Elle semble apaiser l’organisme et ses fonctions, permettant de soulager les symptômes de la maladie.

Une plante sédative et calmante

Depuis longtemps, les Aztèques avaient pris conscience des effets sédatifs de la passiflore sur l’organisme. Ces peuples l’utilisaient d’ailleurs en grande partie pour profiter de cette propriété hors du commun. Depuis, des études scientifiques ont été réalisées sur la plante et la fleur. Et il s’avère que la passiflore dispose de propriétés sédatives. En effet, la synergie de l’ensemble des composants de la plante lui octroie un puissant effet sédatif et anxiolytique sur l’organisme (6-8).

Ainsi, la Commission E. ainsi que l’ESCOP reconnaissent également l’usage de la passiflore dans le cadre du traitement des douleurs névralgiques et des spasmes musculaires. Cette plante américaine est aussi conseillée pour traiter divers troubles, à l’image des troubles du sommeil et de la digestion ayant une origine nerveuse. En effet, la passiflore induit un sommeil naturel, sans effets secondaires. Elle contribue donc à en améliorer la qualité. De plus, elle ne génère pas d’accoutumance. Cependant, à l’heure actuelle, aucune étude scientifique n’a permis de conformer ces applications.

Par ailleurs, si les effets tranquillisants de la plante sont aujourd’hui reconnus, les constituants qui en sont responsables n’ont pas encore été identifiés. Il pourrait s’agir des flavonoïdes, des glucosides et des alcaloïdes indoles (9). Pour certains chercheurs, il est fort probable que ce soit la synergie entre ces divers composés actifs qui explique l’efficacité de la plante dans ses multiples applications. D’autre part, quelques travaux ont mis en évidence l’existence d’une autre molécule qui pourrait être à l’origine des effets bénéfiques de la passiflore (7).

Consommation, indications et posologie

bienfaits de la passifloreLa passiflore s’utilise essentiellement par voie interne. Sous différentes formes donc, la plante s’ingère et agit sur l’organisme et ses fonctions. Dans ce cadre, ce sont alors les parties aériennes de la plante que nous utilisons. Elles sont toujours préalablement séchées. Séchées, les parties aériennes de la plante se consomment telles quelles. Il faut alors en ingérer entre 0,5 et 2 grammes, d’une à quatre fois par jour. On peut aussi utiliser les parties aériennes de la plante en infusion. Pour cela, il suffit d’infuser 2,5 grammes dans 150 millilitres d’eau bouillante, pour une durée de dix à quinze minutes. Cette boisson se consomme une à quatre fois par jour.

D’autre part, on trouve de la passiflore en extrait liquide. Dans ce cadre, on peut en prendre entre 0,5 et 1 millilitre, une à quatre fois par jour. En teinture, la passiflore se consomme trois fois par jour, par prises de 0,5 à 2 millilitres. Enfin, il existe des comprimés et des capsules de passiflore (compléments alimentaires). La posologie dépend alors de la concentration de l’extrait. Il faut en prendre entre 0,5 et 2 grammes, en trois à quatre prises par jour. En cas de doute, il suffit de se reporter à la posologie indiquée sur l’emballage du produit.

Association avec d’autres plantes et interactions

Il est toujours conseillé de porter une attention particulière aux interactions des plantes. Et dans le cas de la passiflore, elles sont nombreuses ! En effet, la passiflore est une plante qui peut tout à fait s’associer avec diverses autres plantes. Ainsi, ses effets sédatifs et calmants s’ajoutent le plus souvent à ceux de la camomille, du houblon, de la mélisse, du millepertuis, du kava… En somme, avec toutes les plantes dotées de propriétés similaires. Mais c’est souvent avec la valériane que la passiflore est associée (11-13). Et ce, notamment dans les médicaments. Ces deux plantes sédatives s’associent, de manière à multiplier leurs effets.

D’autre part, la passiflore pourrait augmenter les effets sédatifs des médicaments anxiolytiques et calmants, à l’image des benzodiazépines et des barbituriques. Il en est de même pour les anticoagulants. Enfin, la passiflore pourrait aussi augmenter les effets des antidépresseurs, comme les antidépresseurs tricycliques, les inhibiteurs de la monoamine oxydase IMAO ainsi que des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine. Si vous suivez un traitement médical, sollicitez l’avis de votre médecin avant de débuter une cure.

Contre indications

Il n’existe pas de contre-indication particulière à la consommation de passiflore. Cependant, elle doit être évitée des femmes enceintes et de celles qui allaitent. Par ailleurs, il ne faut pas en donner aux jeunes enfants, sauf avec un avis médical. Les effets de la passiflore peuvent être très puissants. De ce fait, les médecins déconseillent souvent de prendre le volant après en avoir consommé. Enfin, il faut toujours prêter attention à l’espèce de passiflore utilisée. Si certaines sont efficaces (comme la passiflor incarnata), ce n’est pas le cas de toutes ! Certains ne produisent aucun effet, tandis que d’autres peuvent présenter une certaine toxicité.

Avec une posologie adaptée, la passiflore est généralement sans danger. Elle n’entraîne pas d’effets secondaires ou indésirables particuliers. Néanmoins, des cas d’hypersensibilité ont déjà été rapportés. Ces cas, très rares, ont conduit à une inflammation des vaisseaux (angéite). D’autre part, des cas plutôt rares de nausées ont aussi été rapportés (7). Les travailleurs en contacts répétés avec cette plante peuvent développer des réactions allergiques. Enfin, des cas de modification de l’état de conscience ont été rapportés chez des personnes ayant consommé une préparation nordique à base de fruits de passiflores (10). Cependant, ces cas étaient très rares.

Par ailleurs, la prise de passiflore à fortes doses peut entraîner une légère somnolence. De plus, lors de prises de plus de trois grammes par jour, des troubles de la vision et des céphalées peuvent apparaître. Dans l’idéal, il faut débuter la cure par des doses réduites. Celles-ci seront alors progressivement augmentées au fil des semaines, sans pour autant dépasser les doses maximales prescrites.

Conseils : où et comment acheter la plante

En France et en Europe, on peut trouver des capsules et des comprimés de passiflore dans les magasins bio, les herboristeries, les parapharmacies et les magasins spécialisés. Il en est de même pour les extraits liquides, les teintures, les parties aériennes séchées… Mais la plupart de ces produits se trouvent aussi sur Internet. Si vous commandez de la passiflore sur le web, assurez-vous de le faire auprès d’un site de confiance.

De plus, vous pourrez opter pour un produit naturel, issu d’une culture biologique et respectueuse de la plante. Vérifiez la provenance des plantes de passiflore utilisées dans la composition des produits que vous consommez. Dans l’idéal, elle doit provenir d’Amérique du Sud et d’Amérique Centrale. Mais si elle provient d’Europe, optez de préférence pour une passiflore cultivée dans des régions chaudes, comme sur la côte de la Méditerranée. Vous éviterez ainsi les passiflores génétiquement modifiées.

Enfin, vous pourrez également trouver des produits à base de passiflore, mais qui contiennent aussi d’autres plantes aux vertus calmantes. Il s’agit le plus souvent de la valériane, de l’aubépine, du houblon et de la mélisse. N’hésitez pas à consulter la liste des ingrédients pour savoir exactement ce qui se trouve dans votre produit ! La provenance, la composition, la méthode de culture et le mode de transformation sur les informations les plus importantes à prendre en compte lors du choix de votre produit à base de passiflore. Tenez-en compte.

Notes & références

1. « Le papillon fait la feuille », Science et avenir, no 835,‎ septembre 2016.
2. Passionflower in the treatment of generalized anxiety: a pilot double-blind randomized controlled trial with oxazepam
. Akhondzadeh S., Naghavi HR, et al. J. Clin Pharm Ther2001.
3. Passionflower in the treatment of opiates withdrawal: a double-blind randomized controlled trial
. Akhondzadeh S., Kashani L., et al. J. Clin Pharm Ther 2001.
4. Preoperative oral Passiflora incarnata reduces anxiety in ambulatory surgery patients: a double-blind, placebo-controlled study
. Movafegh A., Alizadeh R., et al. Anesth Analg. 2008.
5. Oral administration of the purple passion fruit peel extract reduces wheeze and cough and improves shortness of breath in adults with asthma. Watson R.R., Zibadi S, et al. Nutr Res. 2008.
6. Behavioural effects of Passiflora incarnata L. and its indole alkaloid and flavonoid derivatives and maltol in the mouse. Soulimani R, Younos C, Jarmouni S, Bousta D, Misslin R, Mortier F. J Ethnopharmacol. 1997.
7. Passiflora: a review update. Dhawan K, Dhawan S, Sharma A. J Ethnopharmacol. 2004.
8. Anxiolytic activity of aerial and underground parts of Passiflora incarnata. Dhawan K, Kumar S, Sharma A. Fitoterapia. 2001.
9. Anti-anxiety studies on extracts of Passiflora incarnata Linneaus. Dhawan K, Kumar S, Sharma A.J Ethnopharmacol 2001.
10. Nature medicine as intoxicant. Solbakken AM, Rorbakken G., Gundersen T. Tidsskr Nor Laegeforen. 1997.
11.
Passion Flower (Passiflora incarnata L.) a reliable herbal sedative. Krenn L. Wien Med Wochenschr. 2002.
12. A combination of plant extracts in the treatment of outpatients with adjustment disorder with anxious mood: controlled study versus placebo
. Bourin M, Bougerol T, et al. Fundam Clin Pharmacol, 1997.
13.
Acute sedative effect of a herbal relaxation tablet as compared to that of bromazepam, Gerhard U, Hobi V, et al. Schweiz Rundsch Med Prax. 1991.

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *