CHARGEMENT

Type de recherche

Propolis

Avatar
Share

Découvrir la Propolis et ses bienfaits

En tant que résine naturelle produite par les colonies d’abeilles, la propolis ne contient pas moins de trois cents nutriments différents. Elle serait dotée de bienfaits très variés sur l’organisme. Qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser la propolis, et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la propolis

Le terme « propolis » désigne un matériau complexe produit par les abeilles à partir de cire et d’une matière résineuse fabriquée par certains végétaux. Il s’agit donc d’un enduit naturel conçu à partir des résines récoltées sur les végétaux par les abeilles. Ces dernières utilisent la propolis comme un produit anti-infectieux, qui assainit la ruche. Elle s’en servent donc pour enduire l’intérieur de la ruche, et ainsi la renforcer et en garantir l’étanchéité. De plus, ce produit leur permet d’aseptiser les corps étrangers ayant pénétré et périt dans la ruche.

Une colonie d’abeilles ne produit qu’entre 100 et 300 grammes de propolis chaque année. En Europe, la résine servant de matière première aux abeilles est recueillie sur des conifères, des chênes, des frênes, des marronniers, des saules et des bourgeons d’aulnes. Mais dans certains pays tropicaux, elle peut être récoltée à partir d’autres végétaux, comme le Baccharis dracunculifolia au Brésil et le Clusia rosea à Cuba (1). La propolis est friable à 15 °C, et devient molle aux alentours des 30 °C. Son odeur est douce, et son goût souvent âcre et amer.

La propolis se compose de nombreux nutriments et éléments. On y trouve par exemple de la cire (entre 30 et 40 %), des résines et baumes (50 à 55 %) ainsi que des huiles essentielles et volatiles. La propolis contient du pollen et quelques autres matières. Parmi elles se trouvent des acides organiques, ainsi que des antioxydants et des flavonoïdes. De plus, cette matière hors du commun contient également des oligo-éléments et des sels minéraux, qui sont notamment le magnésium, le manganèse, le zinc, le cuivre ou encore, le cobalt. Quelques vitamines entrent dans sa composition. Il s’agit notamment de la vitamine B5 et de la provitamine A. La propolis compte près de trois cents composants.

Origine et historique

Le mot « propolis » provient du grec ancien, et il signifie « entrée d’une ville ». Ce mot fait donc allusion à la réduction de l’entrée de la ruche, opérée par les abeilles à l’aide de la propolis afin de défendre la colonie. Connue depuis plus de trois mille ans, la propolis s’utilisait déjà par les Égyptiens, notamment dans le cadre de la momification des morts et dans la préparation des onguents. Selon Pline l’Ancien et Aristote, la propolis étaient utilisés par les civilisations antiques, comme les Romains et les Grecs. Ces derniers l’utilisaient alors pour ses propriétés cicatrisantes et antiseptiques. Pure, la propolis accompagnait même les légionnaires en campagne. Aristote la présentait comme un remède aux plaies diverses, aux affections de la peau et aux suppurations.

Depuis longtemps, les résines végétales qu’elle renferme lui permettent d’être considérée dans l’herboristerie traditionnelle comme un véritable remède naturel à différents maux. Au Moyen-Âge, cette résine naturelle contribuait également à guérir les blessures causées par les flèches. Le célèbre luthier Stradivarius l’utilisait aussi dans son vernis ! Par la suite, même si elle fut encore utilisée en 1902 lors de la guerre des Boers, la propolis fut peu à peu remplacée par les médicaments traditionnels. Et pourtant, cette résine conserve toutes ses propriétés, ce qui explique tout l’intérêt que la science lui porte à l’heure actuelle. Les utilisations de la propolis semblent très diversifiées. Beaucoup de personnes l’utilisent pour se soigner. Qu’en dit la science ?

Recherches et bienfaits

Un puissant anti-infectieux, antibactérien et antifongique

L’une des principales utilités de la propolis réside dans ses actions contre les infections des voies respiratoires. En effet, selon les études menées jusqu’ici, la propolis semble aider à réduire la durée du rhume (2). En pulvérisation nasale, elle a aussi permis de réduire le nombre de rhinopharyngites chez les enfants (3). Par ailleurs, une autre étude menée sur les enfants a permis de démontrer que la propolis, associée à de la vitamine C et à l’échinacée, a permis de réduire le nombre et le degré de gravité des infections des voies respiratoires (4). Ces deux autres éléments pourraient avoir eu des effets sur les symptômes des infections.

De la même manière, la propolis a démontré à plusieurs reprises ses propriétés anti-infectieuses, antifongiques et antibactériennes (5). Cette résine agit donc contre les germes, mais aussi contre les bactéries et les champignons, ce qui explique l’utilisation qu’en ont les abeilles dans la ruche (6). En effet, plusieurs essais réalisés in vitro démontrent cette propriété antifongique de la propolis. Celle-ci serait aussi efficace que l’itraconazole, qui est un antifongique de synthèse très classique. La propolis pourrait renforcer l’action bactéricide de la clarithromycine dans la lutte contre la bactérie à l’origine de la plupart des ulcères gastriques : Helicobacter pylori (7). Enfin, la propolis peut aussi augmenter l’efficacité de certains produits antibiotiques utilisés pour traiter la salmonelle (8).

Cicatrisation et guérison

Plusieurs essais cliniques ont permis de démontrer l’efficacité de l’utilisation de la propolis sur les plaies et brûlures de la peau. Dans le traitement des brûlures, cette résine naturelle se montre aussi efficace qu’une crème médicamentée (9). Mais on peut aussi l’utiliser pour traiter la giardiase et les lésions oculaires post-herpétiques. Dans ces deux cas, la propolis se montre aussi efficace que les traitements médicamenteux (10) (11).

Parmi les affections de la peau souvent traitées par la propolis se trouvent les verrues. En effet, un essai réalisé en Égypte a démontré que la propolis était plus efficace que l’échinacée et le placebo pour traiter les verrues planes et vulgaires. La propolis contient des agents antioxydants (flavonoïdes, notamment) connus pour leurs propriétés sur l’organisme. Cette résine est naturellement anti-inflammatoire. Elle peut réduire le nombre et l’intensité des crises d’asthme, ainsi que les mécanismes de l’inflammation (12). Les données disponibles aujourd’hui suggèrent également que la propolis est capable de réduire les otites et leurs symptômes.

Plaies et infections buccales

Depuis longtemps, la propolis s’utilise pour traiter et soulager les infections et les plaies buccales. Des essais suggèrent que cette résine naturelle produite par les abeilles se montre efficace contre les pathogènes étant susceptibles d’infecter la bouche (champignons et bactéries). En usage topique, la propolis favorise la guérison des infections et des plaies de la muqueuse buccales, comme les abcès, les champignons, la parodontite, la gingivite et les blessures (13-15). De plus, cette même résine est en mesure de réduire la récidive des aphtes, notamment chez les personnes qui en souffrent couramment (16).

Par ailleurs, les données disponibles à ce jour sur les vertus antiseptiques de la propolis sont très bien documentées. En Europe, il n’est pas rare de trouver des rince-bouches et des dentifrices qui contiennent de la propolis. Celle-ci est alors utilisée dans ces produits comme un agent anti-carie. Différents essais suggèrent des résultats prometteurs de la résine naturelle contre les caries, et dans la prévention de celles-ci. Or, il manque encore des données fiables pour affirmer qu’elle permet réellement de prévenir leur apparition (17). Cependant, les résultats d’une autre étude suggèrent que la propolis permet de réduire l’hypersensibilité dentaire. La propolis scellerait les tubules qui se trouvent sous l’émail dentaire (18).

Les autres recherches réalisées

Plusieurs données issues d’une étude réalisée in vitro indiquent que la résine naturelle est efficace contre le virus de l’herpès. Pour l’heure, un seul essai clinique confirme l’efficacité de la pommade de propolis sur l’herpès génital et ses différents symptômes (19). De la même manière, cette résine naturelle pourrait être utile pour traiter la vaginite (20).

Selon les auteurs d’une synthèse, la propolis pourrait aussi être utilisée dans le cadre du traitement du cancer, notamment en raison de ses propriétés anti-tumeurs, révélées au cours d’essais cliniques sur les animaux (21). À l’heure actuelle, la recherche se poursuit pour déterminer si la propolis est réellement efficace contre la maladie, ou dans un cadre préventif.

Consommation, indications et posologie

Aujourd’hui, il n’existe pas de consensus sur la normalisation des produits à usage thérapeutique élaborés à partir de la propolis. Celle-ci peut se trouver sous forme de capsules, de comprimés, de morceaux bruts, d’extrait fluide, de gomme à mâcher, de rince-bouche, de teinture, de pommade, de dentifrice… Certains remèdes à base de plantes, certains sirops et compléments alimentaires peuvent aussi en renfermer en quantités variables. Quel que soit le mode de prise, il est important de respecter la posologie indiquée sur l’emballage.

Par voie interne, et pour traiter les infections respiratoires, il est recommandé de prendre un gramme de propolis pure, une à trois fois par jour. En ce qui concerne les extraits de propolis, il est préférable de suivre les indications d’un professionnel de santé ou du fabricant. En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

Par voie externe, on peut l’appliquer en pommade sur les différentes affections de la peau et plaies (brûlures, plaines, herpès génital, infections vaginales, etc.). Les pommades que l’on trouve dans le commerce proposent des quantités variables de propolis. Dans la plupart des cas, il convient d’en appliquer jusqu’à quatre fois par jour, durant dix jours. Par ailleurs, en tant que rince-bouche, la propolis se retrouve également en quantités variables dans les produits du commerce. Il convient alors de se rincer la bouche durant soixante à quatre-vingt-dix secondes, une à deux fois par jour.

Association avec d’autres plantes et interactions

On ne connaît pas d’association particulière de la propolis avec d’autres éléments ou plantes. Il arrive qu’elle soit associée à la gelée royale dans le cadre de cures, mais rien n’indique une quelconque interaction entre ces deux produits de l’abeille. Elle est aussi associée à l’échinacée dans le cadre de plusieurs études cliniques. Quoi qu’il en soit, le risque d’allergie demeure. En effet, il existe également un risque d’allergie croisée avec le peuplier baumier, le baume du Pérou et le baume du tigre (22). La propolis ne semble interagir avec aucun médicament. Pour l’heure, on ne connaît pas l’existence de telles interactions.

Contre indications

Relativement similaire à un complément alimentaire, la propolis présente l’important avantage de ne pas avoir de seuil de toxicité. Il existe cependant un risque de développer une allergie à la propolis. Ce dernier augmente notamment avec la durée du traitement. De ce fait, il est conseillé de ne pas dépasser deux à trois semaines de cure consécutives. D’une manière générale, la propolis est contre-indiquée à toutes les personnes allergiques aux produits de l’abeille.

Au cours des études menées, quelques troubles gastro-intestinaux temporaires et mineurs ont été rapportés. D’autre part, un risque allergie demeure présent. Certains cas graves ont déjà été rapportés (23). La plupart des effets indésirables observés résultent des réactions allergiques. Il peut s’agir d’asthme, d’insuffisance rénale ou respiratoire légère et d’urticaire. En cas de réaction allergie ou d’effet indésirable, il faut cesser la prise ou les applications de propolis. De la même manière, il convient d’arrêter le traitement si aucun résultat n’est observé après deux à trois semaines. Il ne faut pas dépasser trois semaines de cure à la propolis.

Par ailleurs, en raison du risque de développement d’une sensibilité et d’une allergie, il n’est pas conseillé de consommer de la propolis sans réelle utilité. Utiliser des préparations standardisées permet une meilleure évaluation de sa consommation de propolis, même si celle-ci ne semble présenter aucune toxicité. En revanche, par principe de précaution, les professionnels de santé la déconseille souvent aux enfants de moins de trois ans et aux femmes enceintes et allaitantes.

Conseils : où et comment acheter la plante

La plupart des produits élaborés à partir de propolis se trouvent en pharmacies, parapharmacies, herboristeries et magasins bio. Ils se trouvent également sur Internet. Quel que soit le produit, préférez toujours un vendeur de confiance, et un produit dont la provenance est indiquée. En effet, il faut privilégier la propolis issue de ruches sauvages, situées en pleine nature et loin des cultures sous herbicides et pesticides. De la même manière, choisissez toujours un produit le plus naturel possible afin de préserver les propriétés de la propolis. Rapprochez-vous des produits issus d’une culture biologique, et donc faisant l’objet d’un label biologique.

Notes et références

1. Origin and Chemical Variation of Brazilian Propolis, Antonio Salatino, Érica Weinstein Teixeira, Giuseppina Negri, and Dejair Message, Evid Based Complement Alternat Med. 2005.
2. Therapeutic value of flavonoids in Rhinovirus infections. [Article en polonais, résumé en anglais]. Szmeja Z, Kulczynski B, et al. Otolaryngol Pol. 1989.
3. Natural propolis extract NIVCRISOL in the treatment of acute and chronic rhinopharyngitis in children. Crisan I, Zaharia CN, et al. Rom J Virol. 1995.
4. Effectiveness of an herbal preparation containing echinacea, propolis, and vitamin C in preventing respiratory tract infections in children: a randomized, double-blind, placebo-controlled, multicenter study. Cohen HA, Varsano I, et al. Arch Pediatr Adolesc Med. 2004.
5. Evaluation of the Antibacterial Activity of Green Propolis Extract and Meadowsweet Extract Against Staphylococcus aureus Bacteria: Importance in Would Care Compounding Preparations. Lupatini NR, Danopoulos P, Swikidisa R, Alves PV. Int J. Pharm Compd. 2016
.
6. Future therapies targeted towards eliminating Candida biofilms and associated infections. Bandara HM, Matsubara VH, Samaranayake LP. Expert Rev Anti Infect Ther. 2017.
7. Effects of combining extracts (from propolis or Zingiber officinale) with clarithromycin on Helicobacter pylori. Nostro A, Cellini L, et al. Phytother Res. 2006.
8.
Synergistic effect of propolis and antibiotics on the Salmonella Typhi. Orsi R.O., Sforcin J.M., et al. Braz Jour Microbiol. 2006.
9. Comparison of propolis skin cream to silver sulfadiazine: a naturopathic alternative to antibiotics in treatment of minor burns. Gregory SR, Piccolo N, et al. J Altern Complement Med. 2002.
10. The use of ocular drug films of propolis in the sequelae of ophthalmic herpes. Maichuk IF, Orlovskaia LE, Andreev VP. Voen.Med Zh. 1995.
11. Clinical trial with a preparation based on propolis ‘propolisina’ in human giardiasis [Article en espagnol, résumé en anglais]. Miyares C., Hollands I, et al. Acta Gastroenterol Latinoam. 1988.
12. A clinical pharmacological study of the potential beneficial effects of a propolis food product as an adjuvant in asthmatic patients. Khayyal MT, el-Ghazaly MA, et al. Fundam Clin Pharmacol. 2003.
13.
Preparation and antimicrobial activity of gelatin microparticles containing propolis against oral pathogens. Bruschi ML, Lara EH, et al. Drug Dev Ind Pharm. 2006.
14. Topical effect of propolis in the repair of sulcoplasties by the modified Kazanjian technique. Cytological and clinical evaluation Magro-Filho O., de Carvalho AC. J Nihon Univ Sch Dent. 1994.
15. Use of propolis in the treatment of local suppurative infection. Tsarev NI, Petrik EV, Aleksandrova VI. Vestn Khir Im I Grek. 1985.
16. The effect of bee propolis on recurrent aphthous stomatitis: a pilot study. Samet N, Laurent C, et al. Clin Oral Investig. 2007
.
17. The effect of propolis on dentinal hypersensitivity and level of satisfaction among patients from a university hospital Riyadh, Saudi Arabia Mahmoud AS, Almas K, Dahlan AA. Indian J Dent Res. 1999.
18. A comparative study of propolis and saline application on human dentin. A SEM study. Almas K, Mahmoud A., Dahlan A. Indian J Dent Res. 2001.
19. A comparative multi-centre study of the efficacy of propolis, acyclovir and placebo in the treatment of genital herpes (HSV). Vynograd N, Vynograd I, Sosnowski Z. Phytomedicine.  2000.
20 . Propolis solution for the treatment of chronic vaginitis. Imhof M., Lipovac M., et al. Int J. Gynaecol Obstet. 2005.
21. Propolis and the immune system: a review. Sforcin J M. J. Ethnopharmacol. 2007.
22. Propolis as an alternative treatment for cutaneous warts. Zedan H, Hofny ER, Ismail SA. Int J. Dermatol, 2009.
23. Maculopapular exanthem from propolis: case report and review of systemic cutaneous and non-cutaneous reactions. Komericki P., Kränke B. Contact Dermatitis. 2009.

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *