CHARGEMENT

Type de recherche

Reine des prés

Avatar
Share

Découvrir la Reine des prés et ses bienfaits

La reine des prés est à l’origine de la création de l’aspirine, en raison de ses propriétés hors du commun. Qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser la reine des prés, et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la plante

bienfaits de la reine des présLa reine des prés est une plante herbacée qui apprécie les lieux humides. Anciennement nommée « ulmaire » ou « fausse spirée », cette plante vivace appartient à la famille des Rosacées. Cette plante au port dressé possède un rhizome rampant. Elle mesure entre cinquante centimètres et un mètre et demi de hauteur. Elle aime les lieux humides, notamment près des cours d’eau et des fossés qui bordent les prairies et les chemins. On la retrouve dans les lisières de forêts, dans les prés humides (d’où son nom) et dans les mégaphorbiaies de plaines. 

La reine des prés doit son nom à son allure pour le moins altière. Sa tige est rougeâtre, anguleuse et glabre. Ses feuilles sont de couleur vert sombre, et feutrée de blanc en dessous. Les fleurs de la reine des prés forment des ombelles ramifiées. Elles sont de couleur blanche, presque jaunâtre, et elles sont très odorantes. La plante produit des fruits, enroulés en hélice. Enfin, sa foliole terminale est palmée et divisée en trois à cinq parties. Cette plante est présente dans toute la France, mais uniquement en métropole (1). Elle est assez peu courante en région méditerranée et totalement inexistante en Corse. La reine des prés est une plante eurasiatique qui s’observe jusqu’à 1 700 mètres d’altitude. 

La reine de prés, et notamment les différentes parties que l’on utilise en phytothérapie (sommités fleuries) se consomme de bien des façons. Elle possède une faible quantité d’huile essentielle, mais beaucoup de molécules antioxydantes : flavonoïdes, spiraéosides, rutosides, hyperoside (2)… On y trouve également des dérivés phénoliques, des ellagitanins ainsi que des hétérosides phénoliques (3). Des vitamines et des minéraux essentiels s’y trouvent également. Quant à son huile essentielle, elle contient les principes actifs suivants : Salicylate de méthyle, phytol, N-nonanal, N-heptadécanal, B-E-phytol.

Origine et historique

La reine des prés est une plante mellifère est originaire d’Europe. Son nom scientifique est Filipendula ulmaria lui a été attribué en 1879 par Carl Von Linné. Autrefois, la reine des prés était utilisée comme diurétique, mais aussi comme tonique et sudorifique. On l’appréciait pour ses propriétés astringentes et vulnéraires. Cette plante était préconisée contre les troubles rhumatismaux et l’hydropisie. 

La reine des prés a longtemps été utilisée comme arôme pour les desserts, les crèmes, les boissons et les dentifrices. Ses inflorescences demeurent utilisées en tant que condiment. En revanche, il faut prendre le temps de les sécher au moins un an avant de les utiliser. Cette plante très courante n’est pas menacée, mais elle a grandement régressé dans un grand nombre de régions. En effet, les zones humides reculent et tendent à disparaître par endroit, en raison de leur comblement ou de leur drainage. 

Au Moyen-Âge, la reine des prés était considérée comme une plante sacrée en raison de ses propriétés médicinales. Au cours du XIXe, on a découvert qu’elle contenait de l’acide salicylique, comme l’écorce du saule blanc. Cet acide est ensuite devenu le principe actif majeur de l’aspirine (qui tient son nom de spirée, l’ancien nom de la reine des prés). On la considère aujourd’hui comme une alternative à l’aspirine, grâce à ses composés actifs.

Recherches et bienfaits

la reine des prés

Un diurétique naturel très puissant 

La reine des prés est une plante diurétique puissante, que l’on utilise souvent pour tuer les germes logés dans la vessie. Elle favorise le travail d’élimination de l’organisme, qui utilise le système urinaire pour diriger de nombreux déchets à l’extérieur du corps. La reine des prés est un diurétique uricosurique très intéressant. 

Des vertus anti-inflammatoires importantes 

La reine des prés est l’une des plus puissantes plantes anti-inflammatoires connues, comme le montrent de nombreuses études (4-5). Elle contient des tanins qui agissent sur l’inflammation et contribue à la réduire. Elle réduit aussi les glaires (mucus) et possède de faibles quantités de salicylates, qui sont similaires à l’aspirine. Les propriétés anti-inflammatoires de la plante ciblent plusieurs marqueurs de l’inflammation et les réduisent : l’IL-6 et le TNF-α, qui désigne l’apigénine et la quercétine (6). 

D’autre part, il convient de préciser que les principes actifs de la reine des prés permettent l’inhibition de la cyclo-oxygénase COX-1 et COX-2 (7). Enfin, comme nous allons le voir, la reine des prés est aussi un puissant analgésique naturel ! 

Des actions analgésiques et antibactériennes 

La reine des prés a inspiré le choix du nom de l’aspirine : ce n’est pas un hasard si les scientifiques associent ces deux éléments. La plante présente des propriétés antalgiques (analgésiques) considérables (8). L’efficacité de la reine des prés à ce chapitre est considérable, puisque beaucoup la comparent à celle des médicaments antalgiques classiques. Pour certains consommateurs, la reine des prés est une solution antidouleur de remplacement pour les médicaments classiques. 

Mais la reine des prés s’illustre aussi par ses propriétés antibactériennes et antimicrobiennes (9). En effet, elle aide à repousser les éventuelles infections et à éliminer les pathogènes susceptibles de les déclencher. 

Des propriétés antirhumatismales 

La reine des prés contient des substances actives puissantes, qui se distinguent au chapitre de la douleur rhumatismale. En effet, en raison de la présence d’hétérosides comme le monotropitoside dans sa composition, cette plante permet de cibler et de soulager les douleurs liées aux rhumatismes. Et on le sait, la reine des prés dispose de propriétés analgésiques, comme expliquer ci-dessus. La plante agit contre les douleurs articulaires mineures à modérées, et contre différents autres types de douleurs. 

La reine des prés et le système immunitaire 

La reine des prés présente des vertus immunomodulantes, et notamment ses fleurs, ses racines et des feuilles. Ses principes actifs ont pour effet de soutenir la réponse immunitaire face aux agressions extérieures (infections, microbes, etc.) (10-11). Cette plante est idéale pour prévenir les affections hivernales et toutes les sources de contaminations. 

Les autres recherches 

La reine des prés est couramment utilisée contre la bronchite et le rhume. Elle soulage également les maux et les brûlures d’estomac, ainsi que l’ulcère gastro-duodénal et de nombreux troubles articulaires, à l’image de la goutte. Cette plante améliore la qualité de la digestion et soulage les douleurs liées aux ulcères, qui peuvent être très éprouvantes pour les personnes qui en souffrent. 

Bien sûr, en raison de sa composition naturellement antioxydante, la reine des prés agit aussi dans la préservation des cellules face aux dommages causés par les radicaux libres (12). 

Consommation, indications et posologie

bienfaits de la reine des présLa reine des prés est indiquée contre les rhumatismes (notamment ceux aggravés par l’humidité), les fièvres, les céphalées, les douleurs dentaires et la goutte. Elle l’est aussi pour faciliter les fonctions d’élimination de l’organisme. On peut l’utiliser sous plusieurs formes : en poudre, en tisanes de sommités fleuries, en extrait sec, en teinture mère ou en EPS de sommités fleuries. En traitement, la reine des prés soulage le rhume ainsi que les douleurs articulaires mineures. 

Pour utiliser les fleurs en infusion, il faut infuser une à deux cuillères à soupe dans 250 millilitres d’eau, trois fois par jour maximum. Pour de l’herbe en infusion, la dose monte à 2 à 18 grammes par jour, par dose de 1,5 à 6 grammes. En ce qui concerne la poudre (gélules, capsules, comprimés), la rose des prés peut faire l’objet de différentes posologies. Celles-ci dépendent de sa concentration en principes actifs. En tous les cas, il existe un dosage usuel compris entre 250 milligrammes et 1,5 gramme par jour, en trois prises de 250 à 500 milligrammes. La reine des prés est à prendre au moment des repas, avec un verre d’eau. 

Quel que soit le produit acheté, il est nécessaire de se reporter aux indications présentes sur l’emballage. Les indications peuvent comporter des précisions en termes de posologie et de mode d’administration.

Association avec d’autres plantes et interactions

La reine des prés peut théoriquement interagir avec les plantes et médicaments anti-inflammatoires, et notamment les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, à l’image de l’aspirine (13). Autrement, il existe de nombreuses combinaisons possibles avec la reine des prés, dont la plus populaire est certainement celle avec le curcuma ! En effet, cette association s’utilise pour lutter contre les problèmes articulaires et les douleurs. Le curcuma vient greffer ses propriétés antioxydantes à l’efficacité de la reine des prés dans ce cadre particulier. 

D’autre part, on peut aussi associer la reine des prés avec la partenelle contre la migraine et les maux de tête. Pour la cellulite et l’excès de poids, c’est à la garcinia et au yerba maté que la reine des prés s’associe avec efficacité. Dans ce cas de figure, on peut aussi associer la reine des prés à l’ananas, au cassis et à la prêle. 

La reine des prés peut se marier à la cétone de framboise ou aux fèves de cacao pour favoriser l’élimination des graisses profondes. Enfin, c’est au nopal et au konjac qu’elle s’associe pour offrir au consommateur une sensation de satiété durable.

Contre indications

Pour l’heure, les données toxicologiques concernant la reine des prés manquent encore. Pour cette raison, son utilisation au cours de la grossesse et de l’allaitement est à éviter. Il en est de même pour les enfants et les adolescents âgés de moins de dix-huit ans. Dans l’idéal, il est conseillé de solliciter un avis médical avant d’utiliser une plante, quelles que soient ses propriétés. 

Par ailleurs, on ne connaît pas d’effet secondaire lié à la consommation ou à l’utilisation de reine des prés. En revanche, il est déconseillé de l’utiliser en cas d’hypersensibilité ou d’allergie à l’acide salicylique (14). Il s’agit notamment des personnes qui ne supportent pas l’aspirine. Si des symptômes apparaissent après le début d’une cure à base de reine des prés, il est préférable de solliciter un avis médical. 

Conseils : où et comment acheter la plante

La reine des prés est une plante très répandue en France. Il suffit de se promener près des cours d’eau, au bord des champs et dans les prés humides pour en trouver. Comme elle est sécuritaire, elle peut s’utiliser telle quelle, après séchage (un an de séchage est nécessaire). Choisissez des reines de prés éloignées des routes (risque de contamination aux métaux lourds) et des lieux fréquentés. Évitez aussi les plantes qui poussent près des champignons, près des retombées d’usine ou au bord des champs cultivés. 

Pour les autres produits (huile essentielle, extraits liquides, gélules ou capsules…), il faut choisir des produits issus de la culture biologique, plus respectueuse de la nature et des consommateurs. Pour choisir vos compléments alimentaires, tournez-vous vers un vendeur de confiance, que ce soit en ligne ou dans une boutique physique. Sur l’étiquette de votre produit doivent figurer plusieurs informations, parmi lesquelles se trouvent le lieu de culture, la méthode de transformation, les labels respectés (certifications biologiques, notamment), la composition du produit, la concentration en principes actifs, etc. En cas de doute, n’achetez pas ! 

Les produits à base de reine des prés se trouvent sur Internet, mais aussi en magasins bio. On peut aussi les acheter auprès des pharmacies et parapharmacies, ainsi que dans les herboristeries. 

Notes & références

1. Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion et Gérard Dumé, Flore forestière française : guide écologique illustré, t. 1 : Plaines et collines, Paris, Institut pour le développement forestier, 1er janvier 1989.
2. Pemp E, Reznicek G, Krenn L. Fast quantification of flavonoids in Filipendulae ulmariae flos by HPLC/ESI-MS using a nonporous stationary phase. Journal of Analytical Chemistry, July 2007.
3. Niamh Harbourne, Eunice Marete, Jean Christophe Jacquier, Dolores O’Riordan. Effect of drying methods on the phenolic constituents of meadowsweet (Filipendula ulmaria) and willow (Salix alba). LWT – Food Science and Technology, November 2009.
4. Ruxanda Bodîrlău, Iuliana Spiridon, Carmen Alice Teacă, Narcis Anghel, Maria Ichim, Svetlana Colceru, Alice Armatu. Anti-inflammatory constituents from different plant species. Environmental Engineering and Management Journal, July/August 2009.
5. Trouillas P, Calliste CA, Allais DP, Simon A, Marfak A, Delage C, Duroux JL. Antioxidant, anti-inflammatory and antiproliferative properties of sixteen water plant extracts used in the Limousin countryside as herbal teas. Food Chemistry, Volume 80, Issue 3, March 2003.
6. Drummond EM, Harbourne N, Marete E, Martyn D, Jacquier J, O’Riordan D, Gibney ER. Inhibition of proinflammatory biomarkers in THP1 macrophages by polyphenols derived from chamomile, meadowsweet and willow bark. Phytother Res. 2013.
7. Katanić J, Boroja T, Mihailović V, Nikles S, Pan SP, Rosić G, Selaković D, Joksimović J, Mitrović S, Bauer R. In vitro and in vivo assessment of meadowsweet (Filipendula ulmaria) as anti-inflammatory agent. J Ethnopharmacol. 2016.
8. Samardžić S, Tomić M, Pecikoza U, Stepanović-Petrović R, Maksimović Z. Antihyperalgesic activity of Filipendula ulmaria (L.) Maxim. and Filipendula vulgaris Moench in a rat model of inflammation. J Ethnopharmacol. 2016.
9. Jussi-Pekka Rauha, Susanna Remes, Marina Heinonen, Anu Hopia, Marja Kähkönen, Tytti Kujala, Kalevi Pihlaja, Heikki Vuorela, Pia Vuorela. Antimicrobial effects of Finnish plant extracts containing flavonoids and other phenolic compounds. International Journal of Food Microbiology, Volume 56, Issue 1, 25 May 2000.
10. Halkes SBA, Beukelman CJ, Kroes BH, Van Den Berg A.JJ, Labadie RP, Van Dijk H. In vitro immunomodulatory activity of Filipendula ulmaria. Phytotherapy research, 1997.
11. Raphael Richard Ciuman. Phytotherapeutic and naturopathic adjuvant therapies in otorhinolaryngology. Eur Arch Otorhinolaryngol. 2012.
12. Katanic J, Mihailovic V, Stankovic N, et al. Dropwort (Filipendula hexapetala Gilib.): potential role as antioxidant and antimicrobial agent. EXCLI Journal. 2015.
13. Abebe W. J Clin Pharm Ther. 2002 Dec;27(6):391-401. Herbal medication: potential for adverse interactions with analgesic drugs.
14. Assessment report on Filipendula ulmaria (L.) Maxim., herba and Filipendula ulmaria (L.) Maxim., flos, Based on Article 16d(1), Article 16f and Article 16h of Directive 2001/83/EC as amended (traditional use). 

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *