CHARGEMENT

Type de recherche

Gingembre

Avatar
Share

Découvrir le Gingembre et ses bienfaits

Aussi appelé « épice blanche », le gingembre nous vient d’Asie, où il est consommé depuis très longtemps pour ses vertus et bienfaits sur la santé. Qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser le gingembre, et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la plante

gingembre

Le gingembre est une plante millénaire, dont le nom scientifique est « Zingiber officinale ». Il appartient à la famille des « Zingiberacea » et constitue une plante vivace tropicale, dont l’utilisation principale est sous la forme d’une épice. La partie consommée de cette plante qui mesure un peu moins d’un mètre de haut est le rhizome. Ses feuilles persistantes sont longues, odorantes, lancéolées et bisériées. La plante présente aussi des fleurs jaunes et blanches, ponctuées de taches rouges. À l’heure actuelle, le gingembre est le plus souvent cultivé en Asie, et plus précisément en Thaïlande, en Chine, en Malaisie, en Inde et au Vietnam.

Ses vertus médicinales lui sont octroyées par la richesse de sa composition. En effet, cette plante se compose en majorité d’eau (90 %), mais elle est aussi riche en fibres et en glucides. Elle contient par ailleurs de la vitamine B9 en quantités intéressantes ainsi que quelques autres vitamines (A, C, E, B1, B2, B3, B5 et B6). Son rhizome contient différents sels minéraux et oligo-éléments, à l’image de l’iode, de fer, de zinc, de phosphore, de sodium, de magnésium et de calcium.

Par ailleurs, il est à noter que le rhizome de la plante contient aussi de l’amidon, des protéines, des graisses ainsi qu’une huile essentielle et de la résine. La sensation de « feu » lors de sa consommation est provoquée par la présente de zingérone, de paradol et de shogaol. De plus, le gingembre frais se compose aussi de gingérol. À partir du rhizome de plante, on extrait une huile essentielle et une oléorésine, qui contient des composés chimiques offrant au gingembre cette saveur piquante caractéristique.

Origine et historique

Utilisé depuis 5 000 ans, le gingembre est considéré comme l’une des panacées de la médecine asiatique. On pense que son foyer se trouve dans le sud de la Chine et de l’Inde. Les marchands arabes ont tout d’abord pratiqué son commerce entre l’Asie du Sud, l’Empire romain et la Grèce, en fonction des époques. Ces derniers l’appelaient alors « zenj ». Dès le XVIe siècle, le gingembre a été implanté dans les Caraïbes (notamment en Jamaïque) par les Espagnols, où il a été intensivement cultivé. La bière de gingembre provient d’ailleurs de la Jamaïque. Cette île demeure aujourd’hui l’un des principaux producteurs mondiaux, après les pays asiatiques.

Ses usages médicaux sont aussi répandus que ses utilisations culinaires. Cette plante a longtemps servi à faciliter la digestion et à traiter les troubles de l’estomac. Depuis sa découverte il y a plusieurs millénaires, le gingembre est utilisé pour traiter des maux divers, comme les spasmes, les coliques, les gaz intestinaux, la dyspepsie, les troubles gastriques, la grippe, le rhume, le manque d’appétit, les maux de gorge, les douleurs rhumatismales ou encore, les maux de tête. On lui attribue aussi des vertus aphrodisiaques et pourra prévenir les infections du système respiratoire. Ainsi, le gingembre est utilisé en médecine, pour soulager et traiter un grand nombre d’affections et de problèmes.

Il existe plusieurs variétés de gingembre, dont le gingembre sauvage qui est une espèce dicotylédone provenant d’Amérique du Nord. À la Réunion, le rhizome d’une plante constitue une épice que l’on appelle le « gingembre-safran ». Enfin, une autre variété, que l’on nomme « gingembre mangue » en raison de sa pulpe jaune, possède une saveur qui a tendance à rappeler la mangue. Enfin, chaque pays producteur propose un gingembre typé : le jamaïcain, le chinois, l’indien, l’africain, l’australien…

Recherches et bienfaits

gingembre-2

Des effets antioxydants

Les antioxydants sont des composés qui ont pour rôle de protéger les cellules des dommages provoqués par les radicaux libres. Ceux-ci sont des molécules que l’on dit très « réactives » et qui sont directement impliquées dans certaines maladies liées au vieillissement, au développement de maladies cardiovasculaires et de certains types de cancers (1). On a découvert plus de quarante composés antioxydants dans le gingembre (2-3). Certains seraient même résistants à la chaleur, et seraient libérés au moment de la cuisson. Cela pourrait donc expliquer que les propriétés antioxydantes du gingembre augmentent lorsqu’il est cuit.

Nausées et vomissements

Le gingembre est doté de propriétés antiémétiques. Cela signifie donc qu’il est donc capable de prévenir et de stopper les nausées. Il est efficace contre les nausées et les vomissements qui surviennent souvent en début de grossesse (4-5). Mais ce n’est pas tout. Le gingembre possède aussi la capacité de traiter les nausées et vomissements qui se produisent généralement après une chirurgie (6). Enfin, dans la même logique, on peut utiliser le gingembre pour lutter contre les nausées que l’on associe souvent au mal de transport (7).

De plus, la chimiothérapie qui est un traitement invasif puissant génère souvent des effets secondaires indésirables tels que les nausées et les vomissements. Une récente étude datant de 2010 a permis de mettre en évidence l’efficacité du gingembre auprès des enfants et des jeunes adultes pour réduire ces effets du traitement (8). D’une manière générale, le gingembre peut aider à prévenir et à lutter contre ces troubles digestifs, quelle que soit leur source.

Des propriétés sur la digestion

Le gingembre, comme quelques autres épices, a le pouvoir de stimuler les activités de certains enzymes digestifs ainsi que la sécrétion de bile. Ainsi, il permet une digestion plus rapide et efficace des aliments (9). Mais cet effet s’observe généralement avec une forte consommation de gingembre. Ainsi, consommer du gingembre permet au foie de fonctionner plus efficacement et ainsi, d’accélérer le processus de digestion.

Des effets antidouleur et anti-inflammatoire

Le rhizome du gingembre possède des propriétés anti-inflammatoires puissantes, qui ont déjà été démontrées à plusieurs reprises. Chez les êtres humains, le gingembre se montre donc très efficace dans le traitement des douleurs liées aux lésions musculaires (10). Par ailleurs, la plante s’avère aussi efficace que les médicaments classiques pour réduire certaines douleurs, dont les douleurs menstruelles chez les femmes (11). La plante diminue les douleurs musculaires qui sont le plus souvent causées par la pratique d’une activité physique. Selon les études menées, les effets du gingembre dans ce cadre seraient aussi efficaces que ceux des médicaments anti-inflammatoires proposés en vente libre, comme l’aspirine ou l’ibuprofène. D’une manière générale, cette plante vivace permet de réduire les douleurs causées par les inflammations et peut accompagner les sportifs au quotidien.

On considère le gingembre comme un remède traditionnel à utiliser contre les douleurs liées à l’arthrite. En effet, les études cliniques montrent des résultats très encourageants dans ce sens. De plus, en Chine, le gingembre infusé sert à confectionner des cataplasmes polyvalents que l’on applique directement sur les reins. Ces derniers permettent alors de traiter différents maux à l’image des raideurs et des douleurs articulaires. Ce cataplasme a été testé au cours d’études et a montré un effet positif sur la douleur ainsi que sur le moral et la vitalité des patients ayant reçu le traitement (12).

Prévention du diabète

Le gingembre est une plante vivace qui démontre de puissants effets bénéfiques sur les individus atteints de diabète de type 2. En effet, la consommation régulière du rhizome de la plante permettrait de diminuer le taux de glycémie à jeun des personnes qui souffrent d’un diabète. Mais ce n’est pas tout. Cette même consommation permet de réduire les taux d’hémoglobine glycquée tout en améliorant la résistance à l’insuline (13). De cette façon, le gingembre peut agir efficacement dans le cadre de la prévention et du traitement du diabète de type 2.

Les autres recherches

Les chercheurs sont actuellement en train de se pencher sur les possibles effets anti-cancer du gingembre. Ces propriétés pourraient être liées à la présence de gingérol dans la composition du gingembre (14). Par ailleurs, en 2008, un essai a été publié et a mis en évidence l’efficacité du gingembre sur la réduction du taux de lipides sanguins, en comparaison d’un placebo (15).

Par ailleurs, il faut savoir que la plante dispose d’un important effet sur la libido masculine et féminine. Il figure d’ailleurs parmi les meilleurs aphrodisiaques naturels avec le ginseng. Mais cela fait longtemps que les effets du gingembre sur la libido sont connus. En effet, la médecine traditionnelle chinoise l’utilise souvent pour remédier à ce trouble de la sexualité.

Le gingembre dispose d’une action fluidifiante sur le sang, notamment lorsqu’on le consomme en fortes proportions. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique « contre-indications » de la plante.

Consommation, indications et posologie

gingembre-3Le rhizome de la plante est une denrée alimentaire que l’on peut trouver très facilement dans le commerce. On peut par exemple croquer une tranche de gingembre frais pour profiter de ses bienfaits, mais attention à son goût piquant ! On peut par ailleurs préparer des infusions avec un gingembre fraîchement râpé ou sec. Quelle que soit la méthode de prise, il faut tenir compte du fait qu’un ou deux grammes de gingembre séché équivalent à une tranche de rhizome de six à sept millimètres d’épaisseur, soit dix grammes de gingembre frais.

Dans le cadre de la grossesse, il est essentiel de s’en tenir à dix grammes de gingembre frais ou deux grammes séchés par jour, et toujours en plusieurs doses. En prévention du mal de transport, on peut consommer du gingembre en capsules de poudre, en infusion ou en extrait fluide. Pour une infusion, il faut faire infuser un demi ou un gramme de gingembre en poudre (ou cinq grammes de gingembre frais) durant cinq à dix minutes dans 150 ou 250 millilitres d’eau bouillante. Vous pourrez consommer cette boisson jusqu’à quatre fois par jour, au maximum.

En extrait fluide, le gingembre se consomme alors trois fois par jour, par prise de 0,25 à 1 millilitre. Les compléments alimentaires de gingembre vous indiquent la posologie adaptée. Respectez les doses indiquées sur le flacon et ne dépassez pas les durées de cures indiquées. Vous devrez aussi respecter des semaines de pause entre vos cures de gingembre.

Association avec d’autres plantes et interactions

Pour l’heure, aucun cas d’interaction n’a été signalé pour le gingembre. Néanmoins, et en théorie, le rhizome pourrait contribuer à renforcer les effets d’autres plantes et compléments qui inhibent la coagulation et éclaircissent le sang. Par exemple, il pourrait augmenter l’effet de l’ail, de l’oignon, de la fève tonka, du ginseng, des graines de lin, du clou de girofle, du ginkgo, du chardon-Marie, du curcuma, de l’extrait de pépins de raisins, de la quercitrine…

De plus, la consommation de gingembre n’est pas conseillée avec certaines autres plantes en raison de leur effet sur la glycémie. Il s’agit de l’ail, de la cannelle, de l’aloe vera, du ginkgo, du curcuma et du ginseng. Par ailleurs, ce même effet semble également se produire avec les médicaments anticoagulants. En tout cas, aucune étude scientifique n’a permis de mettre en évidence une véritable interaction entre le gingembre et d’autres plantes.

Contre indications

Si le gingembre est une plante naturelle, il faut éviter de la consommer dans certains cas, comme lorsqu’on suit un traitement pour des problèmes de coagulation. Ses propriétés anticoagulantes naturelles ont pour effet d’inhiber la coagulation sanguine, il pourrait donc amplifier le problème et aggraver le trouble. Avant d’en consommer, les personnes concernées par ce traitement peuvent demander l’avis de leur médecin. Pour la même raison et en toute logique, il faut éviter de consommer du gingembre avant une intervention chirurgicale.

Comme elle stimule les sécrétions biliaires, cette racine n’est pas conseillée aux personnes qui souffrent de calculs biliaires. Mais aussi aux personnes qui rencontrent des problèmes de santé au niveau du foie. Ainsi, l’avis d’un médecin est toujours préférable. De plus, le gingembre frais et non mâché peut provoquer une occlusion intestinale aux personnes qui souffrent d’ulcères. Enfin, le gingembre agit de manière positive sur la perte de poids, et accompagne souvent les personnes en cours de régime. Les personnes en sous-poids ou en situation de maigreur devront donc l’éviter, au risque d’aggraver la maigreur.

Les femmes enceintes sont nombreuses à consommer du gingembre pour soulager les nausées que l’on peut associer à leur grossesse. En revanche, il est important de se limiter aux dosages recommandés. À hautes doses, la plante peut générer des contractions utérines. Dans les dernières semaines de la grossesse, les infusions de gingembre sont aussi à éviter. L’avis du médecin ou du gynécologue est donc souhaitable dans cette situation.

Le gingembre est très souvent confondu avec le ginseng, une autre plante dont le nom possède la même racine « gin », qui signifie « homme » en chinois. Il ne faut donc pas les confondre : elles n’ont pas les mêmes effets, et le ginseng possède des contre-indications et une posologie qui lui sont propres.

Conseils : où et comment acheter la plante

En Europe, on peut trouver le gingembre sous différentes formes. Par exemple, il est possible de le trouver frais, sous la forme du rhizome que l’on découpe et que l’on cuisine. On le trouve aussi sous la forme d’une épice ainsi que de compléments alimentaires et d’infusions. Sous sa forme fraîche, vous le trouverez dans les épiceries et magasins biologiques ainsi qu’en supermarchés. En poudre, on peut le trouver dans ces mêmes magasins, ainsi qu’en parapharmacie, tout comme les compléments alimentaires à base de gingembre. Enfin, la poudre et les compléments alimentaires à base de gingembre peuvent se trouver facilement auprès de sites Internet de confiance.

Avant d’acheter du gingembre dans une parapharmacie, dans une épicerie asiatique ou sur un site Internet, il est important de s’assurer de leur réputation. Mais aussi de se renseigner sur le lieu de culture et le lieu de production du gingembre, notamment si d’autres produits à base de la plante sont présents sur le site. Ainsi, quelle que soit la forme de gingembre que vous souhaitez consommer, il est essentiel de vous assurer d’acheter un produit de qualité, issu d’un gingembre cultivé dans ses terres d’origine. Dans l’idéal, celui-ci doit être issu d’une agriculture biologique, voire sauvage.

Notes & références

1. Antioxidants and prevention of chronic disease. Crit Rev Food Sci Nutr. Willcox JK, Ash SL, Catignani GL. 2004
2. Monograph Zingiber officinale (Ginger). Altern Med Rev, 2003.
3. Cyclic diarylheptanoids from rhizomes of zingiber officinale. Kikuzaki H, Nakatani N. Phytochemistry 1996.
4. Treating pregnancy-related nausea and vomiting with ginger. Boone SA, Shields KM. Ann Pharmacother 2005.
5. Zingiberis rhizoma: a comprehensive review on the ginger effect and efficacy profiles. Chrubasik S, Pittler MH, Roufogalis BD Phytomedicine 2005.
6. The efficacy of ginger for the prevention of postoperative nausea and vomiting: a meta-analysis. Chaiyakunapruk N, Kitikannakorn N, et al. Am J Obstet Gynecol 2006.
7. Species differences in the prokinetic effects of ginger. Ghayur MN, Gilani AH. Int J Food Sci Nutr 2006.
8. Anti-emetic effect of ginger powder versus placebo as an add-on therapy in children and young adults receiving high emetogenic chemotherapy. Pillai AK, Sharma KK, et al. Pediatr Blood Cancer. 2011
9. Digestive stimulant action of spices : a myth or reality? Platel K, Srinivasan K. Indian J Med Res. 2004.
10. Ginger (Zingiber officinale) reduces muscle pain caused by eccentric exercise. Black CD, Herring MP, et al. J Pain. 2010.
11. Comparison of effects of ginger, mefenamic acid, and ibuprofen on pain in women with primary dysmenorrhea. Ozgoli G, Goli M, Moattar F. J Altern Complement Med. 2009
12. Ginger compress therapy for adults with osteoarthritis. Therkleson T. J Adv Nurs. 2010
13. Mahluji S1, Attari VE, Mobasseri M, Payahoo L, Ostadrahimi A, Golzari SE. Effects of ginger (Zingiber officinale) on plasma glucose level, HbA1c and insulin sensitivity in type 2 diabetic patients. Int J Food Sci Nutr. 2013.
14. Ginger-derived phenolic substances with cancer preventive and therapeutic potential. Kundu JK, Na HK, Surh YJ. Forum Nutr. 2009
15. Investigation of the effect of ginger on the lipid levels. A double blind controlled clinical trial. Alizadeh-Navaei R, Roozbeh F, et al. Saudi Med J. 2008

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *