CHARGEMENT

Type de recherche

Griffe de chat

Avatar
Share

Découvrir la Griffe du chat et ses bienfaits

Cette liane originaire du Pérou et possédant des griffes serait dotée de propriétés médicinales considérables, notamment pour calmer les douleurs inflammatoires et stimuler le système immunitaire. Mais qu’en disent les recherches scientifiques ? Comment utiliser la griffe du chat, et quelles sont ses contre-indications ? Réponses.

Définition et composition de la plante

griffe de chatCelle que l’on appelle communément « griffe du chat » est une plante originaire du Pérou et d’Amérique du Sud. Il s’agit en réalité d’une espèce de liane, issue de la famille des Rubiaceae, dite « Liane du Pérou ». Son nom scientifique est Uncaria tomentosa. En espagnol, on la nomme « Uña de gato » (ce qui signifie donc « griffe de chat »). Ce nom lui a été donné en raison des stipules en forme de griffes qu’elle présente à la base de ses feuilles. La griffe de chat ne pousse que dans la forêt tropicale amazonienne. 

La griffe de chat est une plante médicinale grimpante qui croît le long des arbres, et qui peut atteindre vingt à trente mètres de hauteur. Les tiges de la griffe de chat peuvent quant à elles atteindre 20 centimètres de diamètre. Enfin, les feuilles de la griffe de chat sont grandes et brillantes, et elles possèdent des épines acérées en forme de griffes. En phytothérapie, toutes les parties de la plante sont utilisées : les feuilles, les racines, et même l’écorce de la liane. Utilisée en infusion, la griffe de chat (son écorce) est aussi réduite en poudre et en extraits dans le cadre d’usages médicinaux. 

L’écorce de la griffe de chat est riche en principes actifs variés, et notamment en alcaloïdes oxindoliques pentacycliques et tétracycliques. Et plus précisément en alcaloïdes indoliques et oxindoliques (1). L’écorce de la plante contient des glucosides triterpéniques ainsi que des composés naturellement antioxydants. Il s’agit notamment de composés phénoliques, de flavonoïdes, de tanins, ainsi que de proanthocyanidines (2).

Origine et historique

Originaire du Pérou tout comme le maca et de la forêt amazonienne (Équateur et Colombie), la griffe de chat est une plante utilisée depuis des milliers d’années par les tribus locales. Parmi elles se trouvent donc les Campo et les Ashaninkas. Ces derniers en ont d’ailleurs fait leur panacée (3). Ainsi, les tribus d’Amazonie considèrent la liane du Pérou comme une plante sacrée et lui prêtent d’importantes vertus sur le corps, mais aussi sur l’esprit. Les ethnobotanistes estiment que ce statut lui est accordé en raison de ses propriétés médicinales peu communes. 

Cela fait donc plus de deux millénaires que les Amérindiens utilisent l’écorce interne de la griffe de chat et en tirent différents bienfaits. En Amazonie, la liane du Pérou est considérée comme étant anti-inflammatoire et stimulante pour le système immunitaire. Certains pensent même qu’elle constitue un remède naturel face au cancer. D’autres propriétés lui ont aussi été accordées : contraceptive, abortive, etc. 

Les scientifiques ont commencé à s’intéresser à la griffe de chat aux alentours de l’année 1974. Plus tard, dans les années 1990, la plante a gagné une certaine renommée en Amérique du Nord, puis en Europe. Aujourd’hui, pour répondre à la demande mondiale, l’écorce de deux espèces de griffes de chat sont récoltées. Il s’agit des espèces Uncaria tomentosa et Uncaria guianensis. Depuis 1999, les techniques de récolte de la plante font l’objet d’une surveillance accrue de la part des autorités péruviennes. Ici, l’objectif est clair : le Pérou souhaite préserver la griffe de chat. 

Recherches et bienfaits

bienfaits de la griffe de chat

Des propriétés anti-inflammatoires considérables

Les propriétés anti-inflammatoires de la griffe de chat ont pu être vérifiées lors d’études scientifiques et sont aujourd’hui avérées. Le soulagement des douleurs inflammatoires est réel et recherché dans les usages traditionnels et pharmaceutiques de la plante (4-5). Les chercheurs sont aussi parvenus à démontrer que la liane du Pérou peut stimuler les processus de régénération des cartilages (6). La liane du Pérou est une plante utilisée pour réduire les douleurs inflammatoires depuis des milliers d’années. Son action particulièrement puissante s’étend à l’ensemble du corps et permet de traiter les inflammations chroniques, mais pas seulement. La griffe de chat aide aussi à stopper les saignements et à améliorer la cicatrisation des plaies. Elle s’utilise donc en usages internes, mais aussi en usages externes. 

Soulagement des douleurs rhumatismales 

Les essais cliniques réalisés à ce jour sur la griffe de chat présentent des résultats encourageants sur les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Il en est de même pour les personnes atteintes de l’arthrose du genou (7). Dans ce second cas, la prise quotidienne d’extraits de griffe de chat a permis de réduire considérablement les douleurs articulaires ressenties, en particulier lors des mouvements. Et ce, dès la toute première semaine de traitement. Cependant, elle n’a pas semblé agir sur l’enflure des articulations (8). Par ailleurs, la liane du Pérou, associée à une autre plante péruvienne, semble soulager les douleurs et les raideurs articulaires (9). 

La griffe de chat a été testée dans différents cas de figure, et notamment sur les personnes qui souffrent d’arthrite rhumatoïde. Les participants à l’étude ont pris de l’extrait de griffe de chat en plus de leur traitement habituel. Après 24 semaines de traitement, ils ont ressenti un soulagement bien plus important que les personnes ayant reçu un placebo. Et après un an de traitement, ces mêmes patients ont observé une réduction des enflures au niveau de leurs articulations (10). 

D’importantes vertus antioxydantes 

La griffe de chat est une plante unique en son genre, et qui possède un effet antioxydant très rare. Pour certains, ce pouvoir serait presque inégalé dans la nature. Les effets antioxydants de la plante sont directement liés à la présence de composés phénoliques, de tanins et de flavonoïdes dans sa composition (11). Ainsi, la griffe de chat préserve nos cellules du vieillissement accéléré provoqué par la présence de radicaux libres et de toxines dans l’organisme. Elle préserve les cellules saines de notre corps et favorise l’élimination des corps étrangers de ce dernier. Choisir une plante riche en composés actifs permet de s’assurer de profiter de ses bienfaits antioxydants au cours de la cure.  

Stimulation des défenses naturelles 

En Amazonie, la griffe de chat est considérée comme la plante de l’immunité. C’est d’ailleurs en grande partie pour cette raison qu’elle y est sacrée. Dans ses usages traditionnels, la plante sert à combattre les infections de toutes sortes. La présence d’alcaloïdes dans sa composition notamment a permis de découvrir les propriétés antivirales de cette plante (12). De plus, ces composés s’avèrent être capables de stimuler le système immunitaire du corps humain (13). Cependant, les données cliniques à ce sujet restent minces et d’autres essais doivent encore être réalisés. La liane du Pérou permet une meilleure gestion des bactéries, champignons, germes et virus qui attaquent l’organisme. La consommer permet de prévenir et de lutter efficacement contre toutes sortes de maladies : l’angine, la grippe, la laryngite, la pharyngite, la bronchite, les diverses maladies tropicales, etc. 

Cancer et griffe de chat

La liane du Pérou est une plante dont la composition laisse à penser qu’elle possède des effets considérables sur le cancer. Et notamment sur la prolifération des cellules cancéreuses. Les études réalisées jusqu’à présent tendent à démontrer que la plante déclenche ce que l’on appelle « l’apoptose » des cellules tumorales (14). Cela signifie tout simplement que les cellules cancéreuses meurent. Cela fait très longtemps qu’on utilise la griffe de chat pour traiter différentes formes de cancer. L’action de la griffe de chat permet de multiplier les lymphocytes T, qui correspondent aux cellules actives dans le processus de dégénération des virus et cellules cancéreuses. 

Les autres recherches 

Cette plante originaire du Pérou intéresse aussi les scientifiques, en raison de ses potentiels effets sur la maladie de Lyme (15). Encore très peu connue, cette maladie est difficile à traiter. 

D’autre part, on considère que la griffe de chat possède une excellente action cicatrisante sur le système digestif. Elle se consomme pour réparer et favoriser la cicatrisation de la muqueuse intestinale. Cela permet de réduire les risques d’inflammation, d’ulcère ou encore, d’infection des organes internes (estomac, intestins, foie…). Cette plante est une très bonne alliée du foie et de la vésicule biliaire, en raison de son action hépatoprotectrice. Enfin, la griffe de chat serait aussi très efficace pour détruire les vers et les champignons intestinaux ! 

Par ailleurs, on considère que la griffe de chat permet d’apaiser les effets secondaires et indésirables de radiothérapie. Mais ce n’est pas tout. Cette plante possède encore de multiples autres vertus que la science doit encore prouver.

Consommation, indications et posologie

bienfaits de la liane du pérouLa liane du Pérou se décline en diverses formes et en de nombreux produits, qui ne se valent pas toujours. On peut l’utiliser sous la forme d’extraits, de teinture, de poudre, de capsules (compléments alimentaires), de feuilles séchées ou d’infusion. Il existe différentes posologies adaptées à chacun de ces produits. Aux dosages usuels, il est recommandé de ne pas dépasser un gramme de plante par jour, ce qui représente entre 10 et 30 milligrammes d’alcaloïdes. En règle générale, ces cures durent entre deux à trois mois et doivent s’espacer d’une à deux semaines de pause.

En teinture, on consomme entre 1 et 2 millilitres, une à trois fois par jour. Enfin, en extraits, tout dépend du dosage et de la composition du produit. Il n’existe donc pas de dosage de référence : suivez simplement les consignes présentes sur le produit. Certains spécialistes recommandent d’utiliser des extraits standardisés, composés de 1,3 % d’oxindoles pentacycliques ou de 3 % d’alcaloïdes par dose. 

En capsules, vous trouverez des indications précises sur l’emballage du produit. Autrement, vous pouvez prendre 250 milligrammes de griffe de chat, une à trois fois par jour. Enfin, en décoction, on recommande de consommer au maximum trois tasses par jour. Pour cela, il faut faire bouillir entre 1 et 25 grammes de poudre d’écorce de griffe de chat avec 250 millilitres d’eau. Et ce, entre cinq et dix minutes maximum. Laissez refroidir votre préparation, filtrez et ajoutez de l’eau de façon à obtenir une tasse de mélange. Attention, cette préparation est très amère !

Association avec d’autres plantes et interactions

On ne connaît pas d’association particulière de la griffe de chat avec d’autres plantes. En théorie, ses effets peuvent s’additionner aux plantes dotées d’effets similaires. En revanche, on sait que la plante a le pouvoir de contrer les effets des médicaments immunodépresseurs. Il s’agit de médicaments prescrits après une greffe ou dans le cas d’une maladie auto-immune, telle que la gelée royale par exemple. La griffe de chat peut alors favoriser le rejet de la greffe, ou la destruction des tissus. Elle est donc totalement déconseillée dans ces deux cas de figure.

Contre indications

Pour profiter des bienfaits de la plante, il est nécessaire de choisir un produit de qualité auprès d’un vendeur de confiance. En effet, quel que soit le produit que vous choisissez (extrait, poudre, infusion, capsules, etc.), la griffe de chat utilisée dans sa composition doit provenir de la forêt amazonienne, et idéalement du Pérou. C’est au Pérou que les autorités régulent au mieux la production de griffe de chat, et contribuent ainsi à préserver la plante. De la même façon, veillez à choisir une plante issue d’une agriculture durable, responsable, équitable et biologique. 

Vous pourrez trouver différents produits à base de liane du Pérou dans les boutiques bio, les herboristeries, les parapharmacies et les magasins spécialisés. De même, on peut trouver une quantité importante de produits à base de griffe de chat sur Internet. Dans tous les cas, vérifiez la provenance du produit, ainsi que sa teneur en principes actifs. Plus le produit est concentré en composés actifs, et plus il se montre efficace. Achetez toujours vos compléments alimentaires et plantes auprès de professionnels qualifiés et en qui vous pouvez avoir confiance.

Conseils : où et comment acheter la plante

Pour profiter des bienfaits de la plante, il est nécessaire de choisir un produit de qualité auprès d’un vendeur de confiance. En effet, quel que soit le produit que vous choisissez (extrait, poudre, infusion, capsules, etc.), la griffe de chat utilisée dans sa composition doit provenir de la forêt amazonienne, et idéalement du Pérou. C’est au Pérou que les autorités régulent au mieux la production de griffe de chat, et contribuent ainsi à préserver la plante. De la même façon, veillez à choisir une plante issue d’une agriculture durable, responsable, équitable et biologique.

Vous pourrez trouver différents produits à base de liane du Pérou dans les boutiques bio, les herboristeries, les parapharmacies et les magasins spécialisés. De même, on peut trouver une quantité importante de produits à base de griffe de chat sur Internet. Dans tous les cas, vérifiez la provenance du produit, ainsi que sa teneur en principes actifs. Plus le produit est concentré en composés actifs, et plus il se montre efficace. Achetez toujours vos compléments alimentaires et plantes auprès de professionnels qualifiés et en qui vous pouvez avoir confiance.

Notes & références

1. Vilcacora Uncaria tomentosa (Willd.) DC. and Uncaria guianensis (Aublet) Gmell, review of published, scientific literature, Bogdan Falkiewicz, Jerzy Lukasiak, 2001.
2. Navarro M, Zamora W, Quesada S, Azofeifa G, Alvarado D, Monagas M. Fractioning of Proanthocyanidins of Uncaria tomentosa. Composition and Structure-Bioactivity Relationship. Antioxidants (Basel). 2017.
3. Rainer W Bussmann, Douglas Sharon, Ina Vandebroek, Ana Jones, and Zachary Revene. Health for sale: the medicinal plant markets in Trujillo and Chiclayo, Northern Peru. J. Ethnobiol Ethnomed. 2007.
4. Sandoval M., Okuhama NN, et al. Anti-inflammatory and antioxidant activities of cat’s claw (Uncaria tomentosa and Uncaria guianensis) are independent of their alkaloid content. Phytomedicine 2002.
5. Sandoval-Chacon M., Thompson J.H. et al. Anti-inflammatory actions of cat’s claw: the role of NF-kappaB. Aliment Pharmacol There, 1998.
6. The chrondoprotective actions of a natural product are associated with the activation of IGF-1 production by human chondrocytes despite the presence of IL-1beta. Miller MJ, Ahmed S, et al. BMC Complement Altern Med. 2006.
7. Antioxidants and anti-inflammatory dietary supplements for osteoarthritis and rheumatoid arthritis. Rosenbaum CC, O’Mathúna DP, et al. Altern There Health Med. 2010. Voir l’extrait.
8. Piscoya J., Rodriguez Z., et al. Efficacy and safety of freeze-dried cat’s claw in osteoarthritis of the knee: mechanisms of action of the species Uncaria guianensis. Inflamm Res 2001.
9. Comparison of glucosamine sulfate and a polyherbal supplement for the relief of osteoarthritis of the knee: a randomized controlled trial [ISRCTN25438351]. Mehta K., Gala J, et al. BMC Complement Altern Med. 2007.
10. Mur E., Hartig F, et al. Randomized double-blind trial of an extract from the pentacyclic alkaloid-chemotype of uncaria tomentosa for the treatment of rheumatoid arthritis. J. Rheumatol 2002.
11. Sandoval M., Okuhama NN, Zhang X.J., Condezo LA, Lao J, Angeles’ FM, Musah RA, Bobrowski P, Miller MJ. Anti-inflammatory and antioxidant activities of cat’s claw (Uncaria tomentosa and Uncaria guianensis) are independent of their alkaloid content. Phytomedicine. 2002.
12. Williams JE. Review of antiviral and immunomodulating properties of plants of the Peruvian rainforest with a particular emphasis on Una de Gato and Sangre de Grado. Altern Med Rev 2001.
13. Pharmacology and therapeutic uses of cat’s claw. Erowele GI, Kalejaiye AO. Am J Health Syst Pharm. 2009.
14. Induction of apoptosis by Uncaria tomentosa through reactive oxygen species production, cytochrome c release, and caspases activation in human leukemia cells. Cheng AC, Jian C.B., et al. Food Chem Toxicol. 2007.
15. James A. Howenstine, « La maladie de Lyme sort du bois : Pour certains médecins et biologistes, le sang est un vecteur privilégié de cette maladie émergente », Nexus, no 65,‎ novembre-décembre 2009.
16. Cosentino Carlos, Torres Luis. Reversible Worsening of Parkinson Disease Motor Symptoms After Oral Intake of Uncaria tomentosa (Cat’s Claw). Clinical Neuropharmacology, September/October 2008.
17. Jha V., Chugh KS. Nephropathy associated with animal, plant, and chemical toxins in the tropics. Semin Nephrol. 2003.
18. Sun X, Chan LN, et al. N-Methyl-D-Aspartate Receptor Antagonist Activity in Traditional Chinese Stroke Medicines. Neurosignals 2003.

Thierry Sestrieres
Thierry Sestrieres

Thierry Sestrieres est le gérant de Natura Force, une marque de compléments alimentaires naturels pour la forme et le bien être. Il a pratiqué plusieurs sports depuis son plus jeune âge : Judo, Tae Kwon Do, natation, tennis, football, boxe anglaise, full contact, boxe thaï et musculation. Pour améliorer ses performances et se sentir plus en forme, il s'intéresse à l'alimentation moderne et se spécialise dans la nutrition sportive et les plantes médicinales. Il rédige également de nombreux articles sur cet univers depuis plusieurs années.

  • 1
Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *